Le propriétaire de Coiffure Nu à Gatineau,Elie Zeinoun
Le propriétaire de Coiffure Nu à Gatineau,Elie Zeinoun

Exaltation en prévision de la réouverture des salons de coiffure

Le téléphone n’a pas dérougi dans des salons de coiffure et d’esthétique de Gatineau mercredi à la suite de l’annonce de Québec de permettre la réouverture des commerces de soins corporels à compter du 1er juin.

Cette nouvelle phase du processus de déconfinement a été accueillie avec une grande satisfaction par les propriétaires de Coiffure Nu, située sur le boulevard Gréber, et du Studio 157, sis sur la rue Main.

«Je me doutais qu’ils allaient permettre l’ouverture à compter du 1er juin. C’est pour ça que j’étais au salon aujourd’hui parce que je voulais répondre aux appels. Le téléphone n’arrête pas de sonner depuis le matin pour la prise de rendez-vous. Nous avons vraiment hâte de retourner parmi nos collègues et nos clientes. Ça fait deux quasiment deux mois qu’on ne les a pas vus. Ça nous manque énormément», a partagé le propriétaire de Coiffure Nu, Elie Zeinoun.

Au Studio 157, la copropriétaire Paule Charette a indiqué elle aussi et son personnel s’ennuient de la clientèle.

«On sait que les gens n’auront pas la possibilité de voyager beaucoup à l’été parce qu’on sera restreint dans certaines activités. Nous serons là pour faire du bien aux gens», a souligné Mme Charette.

Les deux salons à qui Le Droit a parlé préparent déjà les mesures de protection contre les risques de transmission de la COVID-19. Plexiglas là où ce sera nécessaire, masques, visières et Purell feront notamment partie de la nouvelle réalité dans les salons de coiffure et d’esthétique. Ils appliqueront aussi les consignes sanitaires de la CNESST.

«Quand on va recommencer, on sait qu’on va bien faire les choses. On a eu le temps de travailler sur tous les dossiers de distanciation, de désinfection, des instruments de protection individuelle. On va encore mieux faire les choses, donc, car on a pris le temps de bien analyser tout ça avec l’Institut de la santé publique du Québec, la CNESST, les différentes associations de massothérapie, de coiffure, d’esthétique. On est prêtes et confiantes qu’on n’aura pas de propagation de virus dans nos soins parce qu’on est bien préparées», a expliqué Paule Charette.

Le Studio 157 à Gatineau

Studio 157 aura une «préposée COVID» à l’entrée pour désinfecter les mains des clients et pour les diriger à la station où ils recevront leurs services.

La clientèle devra porter un masque pour la protection des employés. Elle devra se présenter aux rendez-vous à l’heure puisqu’il n’y aura pas de salle d’attente, a précisé Mme Charette. Les employés porteront aussi un masque ou une visière, tout dépendant du type de soins corporels prodigués. Ces mesures nécessiteront l’ajout d’un frais «COVID» de 4 $ afin de payer les équipements de protection.

Chez Coiffure Nu, le 1er juin marquera aussi le 15e anniversaire du commerce. Des surprises attendront donc la clientèle dans un établissement décoré pour l’occasion.

«Quinze ans, ça se célèbre en grand», a indiqué M. Zeinoun, dont le commerce compte huit employés «qui ont tous hâte de revenir travailler».

«Je n’oblige personne à revenir travailler, a mentionné M. Zeinoun. Il faut qu’ils soient confortables à revenir travailler. On travaillera avec leur horaire puisqu’il y en a qui ont des enfants. Nous serons compréhensifs».