Au collège Mont-Sacré-coeur, le directeur Claude Lacroix est à calculer les crédits qu’il pourra accorder pour le transport scolaire ainsi que les frais accessoires et spéciaux.
Au collège Mont-Sacré-coeur, le directeur Claude Lacroix est à calculer les crédits qu’il pourra accorder pour le transport scolaire ainsi que les frais accessoires et spéciaux.

Écoles privées: des remboursements prévus pour les services non reçus

Les parents d’élèves fréquentant l’école privée pourront bénéficier d’un remboursement pour les services qu’ils n’ont pas reçus en temps de pandémie.

«On a déjà commencé et ça se fera rapidement», indique le directeur de l’école secondaire du Verbe Divin, Jean Striganuk, à Granby.

Cette mesure touche la majorité des frais accessoires, soit ceux en lien avec des programmes spéciaux comme le sport, ainsi que les frais de fonctionnement et administratifs.

Pour le transport scolaire, c’est plus délicat puisque l’établissement de la rue Cowie doit continuer de payer pour l'un de ses fournisseurs, et ce, même si les écoles secondaires restent fermées jusqu’en septembre.

Tout en espérant que Québec l’aide à alléger sa facture, M. Striganuk compte aussi rembourser une partie de ces frais.

«On a déjà commencé et ça se fera rapidement», assure le directeur de l’école secondaire du Verbe Divin, Jean Striganuk, à propos des remboursements à venir.

Coûts

Joint à son bureau de la rue Denison Est, aussi à Granby, le directeur du collège Mont-Sacré-Coeur, Claude Lacroix, s’affairait justement à calculer les crédits qu’il pourra accorder pour le transport scolaire ainsi que les frais accessoires et spéciaux.

Il souhaite, lui aussi, une aide de Québec qui lui permettra d’améliorer la situation puisque ses propres frais ont très peu diminué. La Fédération des établissements d’enseignement privés du Québec a interpellé le gouvernement à ce sujet.

Entre-temps, M. Lacroix se réjouit que les apprentissages, au secondaire, ne soient plus facultatifs et permettent désormais un enseignement à distance plus soutenu à partir du 11 mai.

«Il y a des parents qui trouvent qu’on n’en fait pas assez, d’autres qui trouvent qu’on en fait trop!, dit-il. On essaie d’aller dans la ligne du milieu.»

Au Verbe Divin, on mentionne que les cours à distance ont été très populaires. «On envoie beaucoup de matériel et les matières de base sont très suivies», dit Jean Striganuk, qui estime que «le service éducatif a été maintenu».

À noter que des ententes de paiement peuvent être prises avec les écoles privées.

Bals

Pour ce qui est des finissants, autant M. Striganuk que M. Lacroix assurent que quelque chose sera organisé, plus tard, pour remplacer les traditionnels bals.

«C’est sûr qu’il va se passer quelque chose, mais on ne sait pas quoi», dit Claude Lacroix. «C’est certain qu’il y aura un événement quand on aura la permission de se regrouper», dit Jean Striganuk.

À l’école primaire privée Les jeunes explorateurs, à Granby, la directrice Geneviève Charest indique que les frais accessoires ont déjà été déduits des factures lorsque les écoles ont été fermées.

Elle s’affaire maintenant à organiser sa réouverture, dans deux semaines, avec tous les défis d’espace et de personnel que cela comporte.