Geneviève Lupien déplore d’avoir appris dans les médias que la résidence où vit son père est aux prises avec une éclosion majeure de COVID-19. ­
Geneviève Lupien déplore d’avoir appris dans les médias que la résidence où vit son père est aux prises avec une éclosion majeure de COVID-19. ­

Éclosion de COVID-19 à la Maison la Cathédrale: une famille laissée dans le noir

Trois-Rivières — La famille de Mario Lupien, qui habite à la Maison la Cathédrale, au centre-ville de Trois-Rivières, a été littéralement pétrifiée en apprenant par les médias que cette résidence pour aînés est le théâtre d’un foyer majeur d’éclosion de la COVID-19.

«C’est fâchant et très inquiétant», déplore Geneviève Lupien, sa fille.

Vingt et un résidents sur vingt-sept ont contracté le coronavirus, et trois d’entre eux en sont morts. Neuf employés ont aussi été contaminés.

La famille ignorait tout cela avant mardi. La mobilité de M. Lupien est affectée depuis qu’il a été victime d’un AVC, mais il a toutes ses fonctions cognitives. Lui-même a appris la nouvelle en regardant la télévision.

«De savoir que les résidents sur place n’ont pas eu cette information, c’est un manque de respect, c’est de les infantiliser, c’est de prendre des décisions à leur place. Oui, ils sont en perte d’autonomie, mais ça reste des personnes à part entière. Mon père va voter aux élections. Je pense qu’il a le droit de savoir que des gens dans sa résidence sont malades. Je pense qu’il a le droit de savoir qu’il va peut-être l’attraper lui aussi», s’indigne Mme Lupien. «C’est quand même quelque chose de majeur, et je crois que les gens ont le droit de savoir ce qui se passe», ajoute-t-elle.

Cette famille a tenté d’obtenir de l’information tant bien que mal. «On se fait dire que la direction en place a contacté les familles, c’est pas mal tout ce qu’on s’est fait dire. Ce n’est pas le cas, parce qu’on n’a pas été informé. Est-ce qu’il y a effectivement des familles qui ont été contactées? Je commence à en douter beaucoup. Il y a vraiment eu un manquement.»

Lorsque le personnel a commencé à être retiré du travail, on leur a dit qu’il s’agissait de mesures préventives. «Ce que je déplore c’est qu’on posait des questions alors qu’il y avait des cas et qu’on s’est fait dire que tout était correct. Du jour au lendemain, que ça sorte dans les nouvelles qu’il y a 21 résidents sur 27 qui sont atteints, ce n’est pas arrivé hier. Et se faire dire que la majorité du personnel a été retiré parce qu’il est malade, ça aussi ce n’est pas arrivé hier. C’est fâchant.»

D’ailleurs, étant donné que la moitié des employés ont été contaminés, des équipes du soutien à domicile du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux de la Mauricie-et-du-Centre-du-Québec (CIUSSS MCQ) ont pris la relève. Six à sept personnes sont dédiées à cette ressource.

M. Lupien, un chimiste retraité de la centrale Gentilly-2, garde la tête froide. Lui-même n’est pas malade. «Il dit qu’il va bien, mais je sens par contre dans sa voix qu’il est un peu dépassé par les événements, et on le serait à moins que ça.» Selon Mme Lupien, son père n’a pas été testé pour la COVID-19.

L’homme de 67 ans est confiné dans sa chambre depuis plusieurs semaines. Il habite dans cette résidence depuis moins d’un an. «Il a des bons soins et le personnel est très gentil. Ça ne veut pas dire que ce n’est pas un bon milieu de vie, par contre, il y a quelque chose qui s’est passé, des gens ont pris des décisions qui n’étaient peut-être pas les meilleures», déplore Mme Lupien. «Ce n’était pas de la prévention, c’était de la gestion de crise. Mais dans la gestion de crise, ils ont omis un plan de communication qui clairement aurait dû être en place», ajoute-t-elle.

Du côté du CIUSSS MCQ, on affirme que tous les résidents et employés de cette ressource intermédiaire ont été testés pour la COVID-19.

On indique que c’est à la direction de la résidence de prévenir les familles de la situation. «Chacun a ses responsabilités. Vous avez un propriétaire qui est responsable, qui est chargé de contacter les familles, et ce qu’on a comme information, c’est que cela a été fait», affirme la Dre Marie-Josée Godi, directrice régionale de la santé publique.

À la Maison la Cathédrale, la direction nous a référés au CIUSSS pour obtenir de plus amples informations.

Par ailleurs, le CIUSSS MCQ s’est engagé à rendre publique sous peu la liste des résidences pour aînés où il y a des éclosions ainsi que le nombre de cas. Rappelons que la Maison la Cathédrale ne faisait pas partie de la liste gouvernementale des résidences privées pour personnes âgées et des ressources intermédiaires qui sont aux prises avec une éclosion.