Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Les dirigeants du réseau de la santé de l'Outaouais «se questionnent» sur l'origine de l'éclosion de COVID-19 ayant jusqu'à présent infecté 42 résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée Lionel-Émond.
Les dirigeants du réseau de la santé de l'Outaouais «se questionnent» sur l'origine de l'éclosion de COVID-19 ayant jusqu'à présent infecté 42 résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée Lionel-Émond.

Éclosion au CHSLD Lionel-Émond: le CISSSO «se gratte la tête» [VIDÉO]

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les dirigeants du réseau de la santé de l'Outaouais «se questionnent» sur l'origine de l'éclosion de COVID-19 ayant jusqu'à présent infecté 42 résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond, ce qui représente plus de la moitié des cas rapportés dans ce type de milieu pour l'ensemble du Québec.

À l'échelle provinciale, les données publiées jeudi montrent un total de 78 cas actifs en CHSLD. Cela signifie que Lionel-Émond compte 54% de tous les cas actifs chez des résidents de CHSLD dans la province.

Directeur du soutien à l'autonomie des personnes âgées au Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Benoît Major n'a pas caché, jeudi, que la situation qui prévaut au CHSLD Lionel-Émond mérite une analyse poussée afin de déterminer comment l'éclosion a pu prendre une telle ampleur.

En marge des enquêtes épidémiologiques effectuées par la santé publique, le CISSSO tentera de faire la lumière sur ce qui a peut causer cette éclosion, le tout dans le but d'éviter qu'un scénario similaire frappe un autre milieu d'hébergement ou de soins.

«Nous aussi, on est pantois devant la situation, a admis M. Major. C'est pour ça qu'on a mis en place une démarche d'analyse très très fine de l'ensemble de nos processus. Il y a deux médecins et deux conseillers au niveau du CISSS qui ont été dégagés pour procéder à cette analyse-là.»

Les résultats de cette analyse devraient arriver «dès la semaine prochaine», a fait savoir M. Major. En attendant, les questions demeurent sans réponse. «On se gratte la tête», reconnaît Benoît Major.

Lors de la première vague, le CHSLD Lionel-Émond a vu 17 de ses résidents et un de ses préposés aux bénéficiaires succomber à la COVID-19.

L'éclosion en cours au CHSLD Lionel-Émond a suscité des interrogations même en dehors de l'Outaouais. Le Dr David Lussier, qui pratique à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal, a publié sur Twitter un message dans lequel il indique ne pas comprendre comment la COVID-19 a pu s'infiltrer de la sorte avec des mesures de prévention et contrôle des infections (PCI) et la vaccination.

«Quelques résidents» symptomatiques

M. Major a indiqué que «quelques résidents» infectés présentent des symptômes, mais que les trois quarts «ont peu ou pas de symptômes». Aucun transfert à l'hôpital n'a été nécessaire jusqu'à présent.

Le port du masque N95 se fait sur l'étage où a lieu l'éclosion, a aussi assuré Benoît Major.

L'éclosion actuellement en cours à Lionel-Émond a déjà fait deux victimes parmi la quarantaine de résidents infectés. Le CISSSO avait récemment indiqué que 96% des personnes hébergées sur place ont déjà reçu une première dose d'un vaccin contre la COVID-19.

Un peu moins de la moitié des employés du CHSLD Lionel-Émond ont voulu recevoir le vaccin. Cela a-t-il pu contribuer à l'éclosion? «La question est bonne, on se la pose», a mentionné M. Major, qui estime qui est toutefois prématuré de se prononcer à ce sujet puisque l'analyse de ce qui a pu causer cette éclosion est toujours en cours.

Chose certaine, le vaccin reste offert aux employés du CHSLD qui souhaitent le recevoir. Et le CISSSO va continuer d'encourager ses employés à le prendre, affirme M. Major.