Les quatre principaux syndicats d’enseignants de l’Ontario ont annoncé, lundi matin, qu’ils comptent intenter une action judiciaire contre le gouvernement de Doug Ford.
Les quatre principaux syndicats d’enseignants de l’Ontario ont annoncé, lundi matin, qu’ils comptent intenter une action judiciaire contre le gouvernement de Doug Ford.

Doug Ford ne veut pas se «battre» avec les syndicats d’enseignement

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Les quatre principaux syndicats d’enseignants de l’Ontario ont annoncé, lundi matin, qu’ils comptent intenter une action judiciaire contre le gouvernement de Doug Ford. Le premier ministre ontarien a réagi, lundi après-midi, en conférence de presse.

« On a fait tout ce qu’ils voulaient. On n’a rien épargné. Toutes les idées, on les a mises dans la salle de classe. On a fait tout ce qu’on a pu. (...) Les syndicats veulent juste se battre avec tout le monde », a laissé tomber M. Ford. 

Les quatre principaux syndicats d’enseignement de la province, dont l’Association des enseignantes et des enseignants franco-ontariens (AEFO) présenteront une requête à la Commission des relations de travail de l’Ontario (CRTO). 

Ceux-ci se disent insatisfaits « du respect des normes d’application de normes appropriées de santé et de sécurité dans les écoles financées par des fonds publics ». 

« Ils voulaient plus de ventilation, ils ont eu la ventilation. Ils voulaient plus d’argent, ils ont eu des réserves », a aussi lancé le premier ministre Ford. 

Les syndicats déplorent un manque de mesures sanitaires pour lutter contre la COVID-19 à l’aube de la rentrée scolaire et allèguent que le ministère du Travail n’avait pas répondu aux demandes qu’ils avaient formulé en date du 28 août. 

Chaque syndicat présentera une requête à la CRTO « affirmant que le Guide relatif à la réouverture des écoles de l’Ontario du ministère de l’Éducation ne prend pas toutes les précautions raisonnables pour protéger les travailleuses et travailleurs, comme l’exige l’alinéa 25(2)h) de la Loi sur la santé et la sécurité au travail ». 

« Je ne veux pas me battre, je veux avancer », a indiqué Doug Ford, qui a par le fait-même souligné que plusieurs personnes l’ont approché pour s’excuser du comportement des syndicats. 

Le premier ministre s’est défendu en notant que son gouvernement a donné le pouvoir aux conseils scolaires de prendre des décisions pour assurer que la rentrée soit sécuritaire. 

Si la situation sanitaire dans les écoles dégringole, M. Ford a assuré qu’il n’hésitera pas à fermer des établissements scolaires. « Et vlan, c’est fini. »


« Je ne veux pas me battre, je veux avancer. »
Doug Ford

N’oubliez pas de faire vacciner vos enfants

L’Association médicale de l’Ontario (OMA) a tenu à rappeler aux parents, lundi, l’importance de s’assurer que les vaccins de leurs enfants sont à jour, notamment à l’arrivée de la nouvelle année scolaire.

Selon l’Association, plusieurs personnes ont évité de se rendre chez le médecin durant la pandémie, et de nombreux enfants pourraient être en retard sur leurs vaccins prévus.

« Au cours de la pandémie, les médecins ont constaté une diminution importante du nombre de parents amenant leurs enfants pour les vaccinations de routine. Les vaccinations sont essentielles pour empêcher les épidémies de maladies évitables par la vaccination, a déclaré la présidente de l'OMA, la Dre Samantha Hill. Pour protéger les plus vulnérables, nous devons veiller à ce que le plus de personnes possible soient vaccinées. »

Del Duca demande que les enseignants deviennent travailleurs de première ligne

Le chef du Parti libéral de l’Ontario, Stephen Del Duca, demande à ce que les enseignants aient la priorité lorsqu’ils vont faire l’épicerie ou quand ils vont à la pharmacie, comme c’est le cas pour les travailleurs de la santé. 

« À l'approche de la rentrée, les enseignants, les travailleurs de l'éducation, les gardiens, les chauffeurs de bus, les directeurs, le personnel de soutien et tous les autres employés de nos écoles sont confrontés à un environnement de travail stressant et incertain », a-t-il fait savoir dans un communiqué. 

« De nombreux magasins de détail et autres institutions ont rendu la vie plus facile et plus sûre pour nos travailleurs de première ligne. Aujourd'hui, je demande aux détaillants et aux établissements partout en Ontario d’offrir le même soutien à nos travailleurs de l’éducation de première ligne. »

Cela pourrait dire que le personnel aurait droit d’entrer dans les magasins durant les heures spéciales, de dépasser les files d’attente et de recevoir des rabais, entre autres. 

+

L’Ontario a enregistré 114 nouvelles infections à la COVID-19 au cours des 24 dernières heures.

COVID-19: 114 NOUVEAUX CAS EN ONTARIO

L’Ontario a enregistré 114 nouvelles infections à la COVID-19 au cours des 24 dernières heures, portant le total du nombre de cas à 42 309 en province. 

La santé publique de l’Ontario fait aussi état d’un nouveau décès. En tout, 2 811 personnes ont perdu la vie depuis le début de la crise sanitaire, dont 1 815 résidents de foyers de soins de longue durée et huit employés. 

En province, le nombre de personnes considérées comme étant guéries du virus était demeuré stable au cours des deux dernières semaines, soit à 90,7 % environ. Or, la province compte maintenant 90,5 % des personnes ayant contracté la COVID-19 comme guéries. 

Dimanche, 49 personnes étaient hospitalisées, dont 18 aux soins intensifs et neuf sous respirateur. 

Toutefois, comme c’est souvent le cas durant la fin de semaine, environ 35 hôpitaux n’ont pas transmis les données sur le recensement quotidien des lits hospitaliers pour le 29 août. La santé publique s’attend donc à ce que le nombre de patients hospitalisés augmente lors de la publication du prochain rapport.