En date de vendredi, 2012 cas de COVID-19 avaient été recensés sur le territoire d'Ottawa. Plus de 80% des gens concernés sont guéris. 
En date de vendredi, 2012 cas de COVID-19 avaient été recensés sur le territoire d'Ottawa. Plus de 80% des gens concernés sont guéris. 

Dix nouveaux cas de COVID-19 à Ottawa [VIDÉO]

Alors que Santé publique Ottawa (SPO) rapporte seulement 10 nouveaux cas confirmés de la COVID-19 dans la capitale fédérale depuis jeudi, un expert identifie les efforts réalisés dans les foyers de soins de longue durée pour expliquer la chute du nombre de diagnostics depuis quelques jours.

«La clé, c’est vraiment la fin des éclosions dans les foyers de soins de longue durée», souligne le clinicien principal du Programme d’épidémiologie Clinique à l’Institut de recherche de l’hôpital d’Ottawa, Doug Manuel.

«Le personnel de ces établissements y est parvenu malgré de hauts risques de transmission dus à la proximité physique entre les résidents et leur âge qui augmente la probabilité d’attraper le virus», ajoute l’expert en modèles de transmission.

Alors que les visites reprennent à l’intérieur des murs des foyers de soins de longue durée, le Dr Manuel sert un avertissement aux résidents d’Ottawa: les risques qu’une éclosion survienne sont pratiquement les mêmes qu’aux débuts de la pandémie.

«Seulement 8% des résidents de ces établissements ont contracté la COVID-19. La transmission s’est arrêtée grâce au travail formidable du personnel, pas parce que le virus n’avait plus de personnes susceptibles à infecter», explique Doug Manuel.

À LIRE AUSSI : COVID-19: des «cercles sociaux» en Ontario

La médecin-chef de SPO, Vera Etches, se veut toutefois rassurante. Les employés des foyers de soins de longue durée ont acquis de l’expérience précieuse au cours des derniers mois qui leur sera utile au moment d’accueillir à nouveau des visiteurs.

De nombreuses mesures seront notamment en vigueur dans ces établissements comme le port obligatoire d’un masque et de gants.

Avec les 10 nouveaux cas confirmés, c’est donc dire que 2012 Ottaviens ont jusqu’à maintenant reçu un résultat positif à un test de dépistage pour le nouveau coronavirus. De ce nombre, 1677 personnes en sont rétablies et 257 en sont malheureusement décédées. Il ne reste donc que 78 cas connus actifs à travers la ville, dont 17 sont actuellement hospitalisés, selon SPO.

Confusion normale?

Alors qu’un grand nombre d’entreprises peuvent maintenant rouvrir leurs portes et que la province augmente la taille des rassemblements permis, le Dr Manuel souligne qu’on entre dans une phase où il sera plus difficile pour les citoyens de connaître les lignes à ne pas franchir.

«Au début, nous essayions d’aplatir la courbe de transmission. Les consignes étaient simples, c’était essentiellement de ne rien faire et de rester à la maison», ironise le chercheur en épidémiologie.

La Dre Etches de son côté invite les gens à respecter les mêmes consignes qui sont en place depuis quelques semaines dans ces nouveaux lieux de rassemblement. Elle invite les Ottaviens à être «COVIDavisé» , soit de se laver les mains souvent, de garder deux mètres de distance d’autrui et de porter un masque lorsque ce n’est pas possible.

«Je recommande de limiter votre nombre de contacts autant que possible», soutient la médecin-chef de SPO.

«C’est exponentiel. Si je vois 5 personnes et qu’elles voient toutes 5 autres personnes, on arrive rapidement à un réseau de transmission de 25 personnes», renchérit Doug Manuel, pour encourager les résidents à suivre la directive provinciale et de conserver un «cercle social» de 10 personnes.

+

WATSON VEUT QUE L'ON SOUTIENNE LES ENTREPRISES LOCALES

Pour souligner la réouverture de commerces dans le cadre de la deuxième phase du déconfinement de l’Ontario et inviter les résidents à soutenir les entreprises locales, le maire d’Ottawa, Jim Watson, a adopté le dicton «une image vaut mille mots» vendredi.

En matinée, il s’est rendu dans un salon de barbier de Westboro pour une coupe de cheveux qui arrivait à point selon le principal intéressé.

«Mes cheveux, c’était un peu un désastre avant aujourd’hui», a lancé M. Watson d’un ton blagueur. Il s’est également rendu un peu plus tard sur une terrasse du Glebe pour le dîner.

«C’est important pour notre économie que des gens qui ont perdu leur emploi reprennent le travail. C’est un jour très important pour l’économie locale parce qu’on avait de la compétition à l’autre côté de la rivière. Les salons de coiffure étaient ouverts depuis deux semaines. Maintenant, c’est plus équitable», ajoute le maire d’Ottawa.