On compte maintenant dix décès liés à la COVID-19 dans la région de l'Outaouais. 
On compte maintenant dix décès liés à la COVID-19 dans la région de l'Outaouais. 

Deux nouveaux décès en Outaouais

Deux nouveaux décès liés à la COVID-19 ont été confirmés jeudi en Outaouais, où l'on compte six nouveaux cas diagnostiqués d'infection au nouveau coronavirus.

Ces deux nouvelles victimes de la pandémie en Outaouais font partie des 131 décès qui se sont ajoutés jeudi au bilan provincial. La région compte désormais dix décès causés par la COVID-19.

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion, a rappelé en point de presse que 90% des décès au Québec «sont des personnes âgées de 70 ans et plus». «C'est la même tendance pour nous» en Outaouais, a-t-elle précisé.

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion

Selon les données de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), où les décès sont classés «selon le lieu de résidence de la personne du décès et non selon le lieu du décès», les deux plus récentes victimes de la COVID-19 en Outaouais étaient hébergées en milieu hospitalier.

Selon nos informations, les deux premiers décès rapportés chez des patients qui se trouvaient déjà en milieu hospitalier seraient liés à l'éclosion survenue à l'Hôpital de Gatineau, qui avait donné lieu à un «dépistage massif» auprès des patients et employés de deux étages de l'établissement.

Mme Filion a indiqué que les résultats de cette opération sont maintenant presque tous connus et que 12 cas positifs ont été détectés, chez cinq patients et sept employés de l'Hôpital de Gatineau.

L'Hôpital de Gatineau

Le CISSSO n'a toutefois pas été en mesure de spécifier, jeudi, s'il y a «corrélation» entre cette éclosion et un ou des décès.

La directrice de la santé publique par intérim de l'Outaouais, la Dre Brigitte Pinard, a pour sa part assuré que les enquêtes épidémiologiques sont effectuées en ayant entre autres comme objectif de retracer tous les «contacts étroits» des cas confirmés, qu'ils proviennent d'un milieu de soins ou de la communauté. Ces contacts étroits sont des gens «qui ont passé un minimum de dix minutes à l'intérieur de deux mètres de la personne [infectée], sans équipement de protection», a précisé la Dre Pinard.

Invitée à réagir aux questions soulevées dans Le Droit par les proches d'une dame de 86 ans décédée de la COVID-19 qui pourrait avoir contracté le virus à l'Hôpital de Gatineau, Josée Filion est demeurée prudente.

«Le dossier est bien pris en charge par la direction responsable, a-t-elle mentionné. […] Comme tout processus quand il y a des situations particulières, […] on fait une enquête, une analyse pour voir s'il y a eu un manquement ou une faille».

Mme Filion affirme qu'elle comprend «très bien les préoccupations de la famille», tout en indiquant qu'un suivi sera fait auprès des proches de cette dame, Jacqueline Lévesque.

Bilan régional

Le nombre de cas confirmés en Outaouais depuis le début de la crise s'élevait jeudi à 366 cas. Du lot, 216 personnes sont guéries – dont les sept résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) La Petite-Nation de Saint-André-Avellin qui avaient contracté le virus.

L'éclosion du CHSLD Lionel-Émond du secteur Hull a pour sa part touché 22 résidents – dont cinq qui sont décédés. Ce CHSLD compte encore dix cas «actifs», a indiqué Mme Filion.

Au CHSLD privé Champlain du secteur Gatineau, on rapporte toujours deux cas confirmés parmi les résidents.

Les visites de proches aidants dans les CHSLD ont commencé cette semaine et il y en a présentement entre 50 et 60 chaque jour dans la région, a fait savoir Josée Filion, en ajoutant qu'environ 300 personnes ont été identifiées comme des proches aidants ayant droit à de telles visites.

Dépistage

La Dre Pinard a par ailleurs tenu à dire qu'il importe que la population continue de suivre les consignes gouvernementales, notamment en limitant les déplacements non essentiels, en gardant deux mètres de distance avec les autres personnes, en se lavant bien les mains et en portant un couvre-visage lorsque la distanciation physique n'est pas possible.

«Dans le contexte aussi du déconfinement, c'est important de pouvoir tester les personnes qui présentent des symptômes dans la communauté, a-t-elle ajouté. Ça nous permet de mieux comprendre qu'est-ce qui se passe en termes de transmission du virus dans la communauté, et aussi ça nous permet, pour la santé publique, d'être capables d'intervenir plus rapidement si nous avons des cas confirmés.»

Dre Brigitte Pinard

Le CISSSO, qui effectue actuellement une moyenne de 136 tests de dépistage par jour, n'exclut pas la réouverture d'un centre réservé au dépistage si le besoin dépasse la capacité du centre d'évaluation.

Toute personne présentant des symptômes apparentés à ceux de la COVID-19 (fièvre, toux, problèmes respiratoires ou perte subite de l'odorat) est invitée à composer le 1-877-644-4545, où un professionnel pourra déterminer si un test de dépistage est nécessaire et planifier un rendez-vous, le cas échéant.