4619 de travailleurs de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec devront rembourser des primes versées en trop.
 4619 de travailleurs de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec devront rembourser des primes versées en trop.

Des milliers de travailleurs de la santé devront rembourser des primes reçues en trop

Trois-Rivières — Pas moins de 4619 de travailleurs de la santé de la Mauricie et du Centre-du-Québec ont eu une mauvaise surprise vendredi. Ils ont été avisés qu'ils devront rembourser des sommes versées en trop, associés aux «primes COVID-19» annoncées par le premier ministre François Legault depuis le début de la pandémie. Les montants varient entre 2$ et 600$ pour les cas les plus importants, rapporte le CIUSSS-MCQ.

Au Syndicat des professionnelles en soins de santé de la Mauricie et Centre-du-Québec, on relate avoir été mis au courant «il y a quelque temps» que des erreurs avaient eu cours. Or, l'ampleur du problème s'avère plus importante que ne l'avait anticipé Nathalie Perron, présidente du syndicat. «On attend d'en savoir un peu plus, mais c'est sûr que c'est préoccupant qu'autant de personnes puissent avoir été touchées», indique-t-elle.

Les travailleurs ont été avisés par courriel vendredi du montant qu'ils auraient à rembourser, sans plus de détails. Ce n'est que lundi qu'on entendrait leur faire part de la nature des erreurs qui ont pu les toucher, soutiennent les syndicats. Des prélèvements seront faits au cours des trois prochaines périodes de paye afin de corriger la situation.

Du côté du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et des métiers du CIUSSS-MCQ, on déclare que ce nouvel épisode n'est qu'une preuve supplémentaire de la lourdeur administrative qui affecte l'appareil de santé dans la région. «Ça vient souligner toute la pertinence de notre demande d'une enquête indépendante sur la gestion du CIUSSS-MCQ», martèle le président du syndicat, Pascal Bastarache.

Dès le début, la logique derrière l'application des primes par le gouvernement, touchant d'abord les personnes en contact direct avec la contagion, s'est avérée problématique, soutient M. Bastarache. «Les travailleurs avaient de la difficulté à savoir si les mesures s'appliquaient à leur corps de métier et donc de savoir s'il y avait des erreurs sur leur paye», fait-il valoir. Des erreurs de 200$ ou 300$ représentent des sommes considérables à rembourser pour les membres du syndicat, qui disposent généralement de revenus plutôt modestes, se désole leur président.

Au CIUSSS-MCQ on explique que la situation est attribuable à une erreur de codification des nouvelles primes liées à la COVID-19 dans les rapports de paye des employés. Les primes s'appliquant au contexte de crise sont de 4% et de 8% pour les travailleurs affectés aux zones chaudes. Les primes de 8% étaient rétroactives au 13 mars. Les prélèvements de correction seront répartis en trois versements égaux. «Nous sommes vraiment désolés de cette erreur pour nos employés qui travaillent extrêmement fort et verront à ce qu'une telle erreur ne se reproduise plus», déclare Nancy Lemay, directrices des ressources financières du CIUSSS-MCQ.