Chaque élève qui venait cueillir son matériel pouvait, s’il le souhaitait, se faire photographier avec un panneau sur lequel était inscrit «Félicitations aux finissants 2020. Bon succès!!».
Chaque élève qui venait cueillir son matériel pouvait, s’il le souhaitait, se faire photographier avec un panneau sur lequel était inscrit «Félicitations aux finissants 2020. Bon succès!!».

Des finissants improvisent une cérémonie [VIDÉO]

Benoit Sabourin
Benoit Sabourin
Le Droit
Ce qui ne devait être initialement qu’une simple cueillette de matériel scolaire s’est finalement transformé en cérémonie improvisée d’adieux pour les finissants de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, dans le secteur Buckingham. Une vidéo qui a capturé ce touchant moment est devenue rapidement virale sur le Web.

À défaut de pouvoir boucler la boucle de leur secondaire dans la normalité, les finissants de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, dans l’est de Gatineau, ont pu dire au revoir à leur établissement pour une dernière fois, cette semaine, en allant vider leur casier, à tour de rôle. Un exercice qui a pris une tournure inattendue et émouvante pour les futurs diplômés qui ont eu le droit à de chaudes mains d’applaudissements de la part de membres de personnel de soutien et d’enseignants qui étaient sur place lors de leur passage.

De lundi à jeudi, 215 des 237 finissants de l’école de la rue Maclaren Est se sont déplacés pour récupérer leurs effets personnels. C’est sans compter tous les élèves des autres niveaux.

« Pour s’assurer de respecter les règles de distanciation sociale et pour être certain qu’il n’y ait pas de rassemblements dans l’école, il y avait des membres du personnel professionnel de soutien à l’intérieur pour s’assurer que les consignes de salubrité étaient respectées », explique la directrice de l’école secondaire Hormisdas-Gamelin, Julie Leclair.

Quand le protocole s’est amorcé, lundi matin, la technicienne en éducation spécialisée, Natalie Rhéaume a toutefois eu un pincement au cœur en voyant les premiers élèves de cinquième secondaire débarquer sur place.

« Ç’a été totalement improvisé. Les élèves arrivaient en ordre alphabétique. Je trouvais ça tellement triste pour les finissants. Je pense qu’au niveau du secondaire, ce sont eux qui paient le plus cher le prix de la pandémie avec tout ce que ça implique. Étant donné qu’ils ne peuvent pas se voir et ni se regrouper, nous n’avions pas le choix de faire quelque chose pour souligner leur passage. Techniquement, c’est la dernière fois qu’ils vont mettre les pieds dans leur école. Ils viennent chercher leur matériel. Il y a beaucoup d’émotions reliées à ça. Plusieurs sortaient pour la première fois à l’extérieur de leur domicile ou de leur entourage », explique Mme Rhéaume.

La technicienne en éducation spécialisée a alors fait appel au contremaître à la sécurité de l’école, Robert Charlebois, pour mettre sur pied une activité commémorative pour les étudiants en fin de cycle.

C’est à ce moment qu’a émergé l’idée de concocter une « cabine photo » où chaque élève qui venait cueillir son matériel pouvait, s’il le souhaitait, se faire photographier avec un panneau sur lequel était inscrit « Félicitations aux finissants 2020. Bon succès !!». Croqué par une caméra, le finissant quittait ensuite l’établissement sous les applaudissements de membres du personnel. Les photos et vidéos ont été mises en ligne en temps réel, sur la page Facebook de l’école ESHG, au fil des jours.

« Ce petit moment sur la page Facebook de l’école, c’est une belle occasion pour eux d’avoir des messages positifs de leurs enseignants, de leur famille, de leurs amis, parce qu’ils ne pourront pas cette année faire la fameuse signature d’album des finissants », note Mme Rhéaume.

Une vidéo touchante

L’une des vidéos capturées mercredi, celle de l’élève Emma Rodgers, est d’ailleurs littéralement devenue virale sur le réseau social. En date de jeudi, en début de soirée, le film d’une durée d’un peu moins de 50 secondes avait été vu par plus de 322 000 internautes. On y voit la finissante, visiblement très émue, vêtue de la robe rouge qu’elle s’était procurée pour assister à son bal de fin d’études. Elle quitte l’édifice du secteur Buckingham, sacs à la main, sous les applaudissements et une pétarade de klaxons et même de cymbales.

En entrevue avec Le Droit, l’élève de dernière année d’ESHG, qui rêve de devenir un jour ambulancière, a mentionné qu’il était primordial pour elle de porter sa robe pour marquer ce moment. Elle avait acheté celle-ci deux jours avant que le gouvernement Legault annonce la fermeture des écoles, en mars.

« De rentrer pour la dernière fois dans mon école et d’en sortir avec ma robe de bal, ç’a m’a fait sourire tout le long du parcours en auto pour aller et pour revenir. C’est tellement beau. Je n’en reviens pas. Quand j’ai descendu les marches du deuxième étage pour sortir de l’école, ils m’ont tous applaudi, avec les instruments de musique et les klaxons d’auto, c’était majestueux. Ça coupait le souffle. Je ne remercierai jamais assez l’école de nous avoir organisé ça et tous les gens du Québec qui m’écrivent (sur Facebook) », a confié Emma Rodgers.

Cette dernière aurait préféré un dénouement beaucoup moins singulier pour achever ses études secondaires, mais l’initiative de dernière minute déployée par Mme Rhéaume et ses collègues a certainement permis de mettre un léger baume sur toute cette fin d’année rocambolesque.

« Ça s’est bien terminé, même si on aurait voulu continuer l’école jusqu’à la fin. Je vais me souvenir de ça toute ma vie », a raconté l’étudiante.