Les contrôles policiers sur le pont du Long-Sault ont été levés, lundi.
Les contrôles policiers sur le pont du Long-Sault ont été levés, lundi.

Déplacements essentiels autorisés entre Hawkesbury et Grenville

Les autorités ontariennes et québécoises souhaitent que les populations de Hawkesbury et de Grenville continuent de se déplacer uniquement pour l’essentiel, alors que le contrôle policier sur le pont du Long-Sault, dans l’Est ontarien, est levé depuis lundi.

«Nous demandons aux gens de continuer de suivre les conseils des autorités de santé fédérales, provinciales et locales, qui incluent la limitation des déplacements essentiels», indique le commandant de Détachement par intérim de Hawkesbury de la Police provinciale de l’Ontario, Marc Hemmerick.

Même écho du côté québécois. «Ce n’est pas parce que le barrage est levé qu’on peut se promener pour un rien. Ce n’est encore pas permis de se déplacer chez de la famille, des amis, pour des fêtes, ces choses-là. Les rassemblements sont toujours interdits», souligne pour sa part Marc Tessier, porte-parole pour la Sûreté du Québec. Il ajoute d’ailleurs que les policiers ne seront plus physiquement présents pour contrôler les allées et venues sur le pont du Long-Sault, mais il assure que les autorités demeurent actives sur le terrain pour de la patrouille ou de la prévention. «On va continuer à répondre aux appels de rassemblements, pour s’assurer que les gens respectent les consignes de santé publique. On continue le rôle qu’on nous demande de remplir depuis le début».

Pour la mairesse de la ville de Hawkesbury, Paula Assaly, la levée du contrôle routier est un soulagement. Elle indique qu’elle pourra désormais mettre ses énergies afin de répondre aux citoyens mécontents en lien avec l’instauration initiale de cette mesure. «Il ne faut pas oublier que le gouvernement québécois avait bien demandé aux gens de rester à la maison tout comme le gouvernement ontarien, quelque chose qui n’a pas toujours été respecté, ce qui explique les plaintes des citoyens de Hawkesbury, souligne la mairesse. Essentiellement, que les gens proviennent du Québec ou d’une autre province, tous devraient suivre les consignes et les mesures de précautions.»

+

COVID-19: deux nouveaux cas dans l’Est ontarien

Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO) a indiqué lundi avoir répertorié deux nouveaux positifs de la COVID-19 sur son territoire, portant le total à 103 cas.

Le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis, indique qu’il s’agit cette fois de deux nouveaux cas communautaires, alors que le Bureau annonçait lundi les deux premiers décès sur son territoire dans la maison de soins de longue durée Pinecrest à Plantagenet, aux prises avec une éclosion de cas.

Les maisons de soins demeurent une préoccupation présentement, indique le BSEO, où se trouvent les populations les plus vulnérables de cette pandémie. Le Dr Roumeliotis confirme être en mesure de terminer les tests dans toutes les maisons de soin de longue durée d’ici la fin de la semaine. Parmi toutes celles testées jusqu’à présent, et hormis le cas de la maison Pinecrest déjà connu, seule la Villa Woodland, près de Cornwall, répertorie deux cas positifs du virus. Ces cas sont néanmoins pour l’instant asymptomatiques, affirme le BSEO.

Les Comtés unis de Prescott et Russell demeurent la région de l’Est ontarien où on dénombre le plus de cas, soit 69. Les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry en dénombrent 20 et 14 dans la région de Cornwall.

Au nombre de 55, plus de la moitié des cas de la COVID-19 sont donc considérés comme résolus.