Le premier ministre François Legault  

Déplacements d’une région à l’autre réprouvés, liaisons aériennes suspendues

Le Québec comptait jeudi 121 personnes officiellement atteintes du coronavirus, 27 de plus que la veille. Mais la contagion croît pas mal plus vite dans certaines régions, dont l’Estrie. Le premier ministre François Legault demande donc aux Québécois de ne plus voyager d’une région à l’autre.

Des 27 nouveaux cas répertoriés au Québec en 24 heures, huit sont en Estrie, 30 %. Pour les deux dernières journées, c’est 17 nouveaux cas sur les 26 répertoriés en Estrie, les deux tiers (65 %).

Plus du tiers (36 %) des 47 personnes testées positives à la COVID-19 au Québec au cours des 48 dernières heures habitent en Estrie. Région représentant 4 % de la population de la province.

Soulignons que sur les 121 malades déclarés, seulement sept sont hospitalisés, soit 6 % des cas. La COVID-19 a pour l’instant causé la mort d’une personne au Québec, une dame de 82 ans de Lavaltrie, dans Lanaudière, décès annoncé mercredi.

«Je demande aux Québécois, quand ce n’est pas essentiel, de ne pas voyager d’une région à l’autre», a affirmé le premier ministre Legault, jeudi, lors de son point de presse quotidien toujours tenu aux côtés du directeur national de la Santé publique du Québec, Horacio Arruda, et de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

«Pour l’instant, on n’a pas besoin de fermer des régions. Mais c’est important, pour éviter de propager le virus d’une région à l’autre, de ne pas voyager, à moins que ça soit essentiel», a insisté M. Legault.

Jeudi, Air Canada a annoncé la suspension prochaine de ses liaisons aériennes régionales partout au Canada, plusieurs à compter de lundi et jusqu’au 30 avril.

«La Chine a réussi, avec des mesures très strictes, de moins contaminer les autres provinces», explique le Dr Arruda, à propos de la mise en quarantaine de toute la région foyer du virus, Wuhan. «Ça n’arrive pas du ciel, par en haut, dans la pluie ou dans la neige. Ça arrive par rapport aux déplacements.»

M. Legault s’est de nouveau adressé aux aînés, surtout ceux qui ne respectent pas les consignes d’isolement.

«Ce n’est pas le temps d’être dans les centres d’achats, ce n’est pas le temps d’aller passer une heure au restaurant avec ses amis. J’ai le goût de reprendre la chanson de Jean-Pierre Ferland, Envoye à maison! C’est là que vous devez être. Ça ne veut pas dire que vous ne pouvez pas aller prendre l’air [...], mais n’allez pas prendre l’air en vous rassemblant dans les centres d’achats, dans les restaurants ou à d’autres endroits», dit le premier ministre.

Mesures de guerre et tartelettes

Somme toute, le gouvernement québécois prend la méthode douce pour inciter les gens à l’isolement. Par contre, le Dr Arruda rappelle que des mesures plus coercitives ne sont pas exclues. Jusqu’aux mesures de guerre, si nécessaire.

«On peut avoir une approche où on va vous mettre des policiers à l’avant. On pourrait faire sortir l’armée, si vous voulez! [...] Je vais vous le dire, si jamais je pense que ça va prendre l’armée parce qu’il y a du désordre social ou quoi que ce soit, on aura des discussions. [...] Mais plus les gens vont collaborer avec nous, plus on va avoir du succès et moins on va avoir besoin de ces mesures-là qui briment les libertés des individus.

«On n’en est pas là. Mais s’il faut le faire, on a les pouvoirs en santé publique, on a les pouvoirs avec la Loi sur la sécurité civile d’aller en mesures de guerre», atteste le directeur national de la Santé publique.

Le médecin privilégie l’approche positive. Il suggère à chacun de profiter de cette pause involontaire pour enfin faire ce qu’on n’a jamais le temps de faire. Écouter de la musique, regarder des télé-théâtres, faire du yoga ou de la danse en ligne... sur FaceTime.

«Moi, en fin de semaine, j’ai besoin de cuisiner. Je vais me faire des tartelettes portugaises, O.K.? Je suis en train d’essayer des nouvelles recettes. Ça va me donner un plaisir, parce que je n’ai jamais le temps de faire ça. J’espère qu’on va me laisser un peu de temps en fin de semaine», laisse tomber l’homme à la candeur bien placée.

Beaucoup plus de tests

Quant à la capacité de tester, elle a bondi jeudi à 5000 tests par jour à travers le Québec, plus que la demande actuelle. «C’est important de dire que plus on teste, plus le nombre de cas augmente», prévient le M. Legault, prévoyant une hausse importante des cas avérés dans les prochains jours.

Les laboratoires d’analyse passent d’un seul à huit.

En comparaison avec l’Estrie et ses 330 000 habitants, la région de Montréal compte actuellement 28 cas officiels, deux de plus pour une population six fois plus importante de plus de deux millions de personnes.

Laval, avec 440 000 citoyens, n’a qu’un cas confirmé, tandis que la Montérégie, deuxième en population avec 1,6 million d’individus, abrite 19 malades du coronavirus.

La Capitale-Nationale (750 000), donc Québec, a deux cas de plus pour 10 au total. Aucun nouveau cas en Chaudière-Appalaches (430 000), avec six.

On n’a pas répertorié de cas dans les régions de l'Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord et de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine.

quebec.ca/coronavirus

1-877-644-4545

canada.ca/le-coronavirus

1-833-784-4397

+