Des employés supplémentaires du réseau public ont été déployés aux Résidences de la Gappe, à Gatineau.
Des employés supplémentaires du réseau public ont été déployés aux Résidences de la Gappe, à Gatineau.

COVID-19: une vingtaine de cas à la phase 2 des Résidences de la Gappe

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Une vingtaine des quelque 120 résidents de la phase 2 des Résidences de la Gappe ont reçu un diagnostic de COVID-19, une situation ayant mené au déploiement d'employés supplémentaires du réseau public dans cette ressource intermédiaire.

La Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) a annoncé mardi qu’il y a eu jusqu’à présent 25 cas confirmés de COVID-19 chez les usagers hébergés dans la phase 2 des Résidence de la Gappe, en incluant un décès.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) a annoncé mardi qu'il y a eu jusqu'à présent 25 cas confirmés de COVID-19 chez les usagers hébergés dans la phase 2 des Résidences de la Gappe, en incluant un décès.

En tant que résidence intermédiaire, cette phase accueille présentement 126 personnes qui y sont confiées par le CISSSO. À la mi-mai, seulement deux cas d'infection au nouveau coronavirus y avaient été confirmés.

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion, a affirmé en point de presse que de nombreuses mesures sont en place «pour s'assurer que les soins et services qui sont offerts dans le milieu sont sécuritaires et de qualité», tout en assurant avoir «un excellent lien de collaboration» avec l'entreprise propriétaire de la résidence.

La présidente-directrice générale du CISSSO, Josée Filion

Le réseau public a mobilisé des ressources humaines pour soutenir les équipes qui oeuvraient déjà à la phase 2 des Résidences de la Gappe. «On a une présence plus grande d'infirmières auxiliaires, de préposés aux bénéficiaires [et] d'aides de service, ce qui représente sept employés par quart de travail, donc 21 nouvelles personnes du CISSS de l'Outaouais sont venues prêter main-forte à la résidence», a indiqué Mme Filion. La présence d'employés du CISSSO se fait «de façon plus intensive» depuis la fin de la semaine dernière, pour assurer «que les choses se fassent selon les règles de l'art, pour éviter justement une propagation plus importante dans la résidence», a mentionné Mme Filion.

Éducateurs spécialisés et travailleurs sociaux sont aussi déployés sur place «au besoin, pour donner du soutien aux résidents». Conscient que la situation est «anxiogène pour tout le monde», le CISSSO dit aussi s'assurer que les proches des résidents soient informés de l'évolution de la situation.

Des médecins vont aussi sur place afin de faire l'évaluation des résidents infectés par le nouveau coronavirus afin d'éviter des transferts non nécessaires vers l'hôpital.