Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Depuis le début de la pandémie, 10 662 cas de COVID-19 ont été diagnostiqués en Outaouais, ce qui équivaut à une personne sur 38.
Depuis le début de la pandémie, 10 662 cas de COVID-19 ont été diagnostiqués en Outaouais, ce qui équivaut à une personne sur 38.

COVID-19: près de 100 nouveaux cas diagnostiqués en Outaouais

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Une nouvelle baisse du nombre de cas actifs de COVID-19 a été observée mercredi en Outaouais, où les autorités déplorent toutefois un autre décès causé par le virus.

Le bilan de mercredi fait état de 101 nouveaux diagnostics de COVID-19 en Outaouais. Pour les sept derniers bilans, la région a ainsi enregistré une augmentation moyenne de 135 nouveaux cas par jour.

À LIRE AUSSI : Situation «très grave» en Outaouais: déjà un millier de chirurgies annulées

Depuis le début de la pandémie, 10 662 cas de COVID-19 ont été diagnostiqués en Outaouais, ce qui équivaut à une personne sur 38.

La pression reste forte sur les unités COVID-19 de l'Hôpital de Hull, où se trouvaient mercredi 57 patients. Depuis le début de la crise, 646 personnes aux prises avec des complications du virus ont dû être hospitalisées en Outaouais, dont 50 nouvelles admissions au cours de la semaine précédant la publication du bilan de mercredi.

Cas actifs

Les autorités comptent maintenant 962 cas actifs en Outaouais, une baisse de 50 par rapport à mardi.

  • Secteurs Hull, Aylmer et Gatineau : 664 cas actifs (–34)
  • Papineau : 127 cas actifs (–7)
  • Collines-de-l'Outaouais : 69 cas actifs (–7)
  • Pontiac : 52 cas actifs (+1)
  • Vallée-de-la-Gatineau : 37 cas actifs (–3)

L'Outaouais conserve malgré tout le troisième taux de cas actifs le plus élevé au Québec, derrière Chaudière-Appalaches et la Capitale-Nationale. Il y a présentement 237,9 cas actifs par 100 000 habitants en Outaouais, alors que la moyenne provinciale est de 142,2 par 100 000 habitants.

Parmi les cas actifs dans la région se trouvent 55 employés du CISSSO, neuf détenus et deux employés de la prison de Hull, sept résidents de la Villa des Brises, six résidents de la Résidence de Cannes, cinq résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Vigi de l'Outaouais, un résident du CHSLD Ernest-Brisson et un résident de La Belle Époque.

Décès

Un décès est venu assombrir le bilan régional de la pandémie publié mercredi, alors que la COVID-19 a fait une 186e victime en Outaouais. Selon les données de l'Institut national de santé publique du Québec, la plus récente victime du virus dans la région demeurait à domicile.

Variants

L'omniprésence du variant britannique en Outaouais s'est confirmée, mercredi. Les 49 nouveaux cas de variants sous surveillance rehaussée ayant été confirmés par séquençage en Outaouais sont tous d'émergence du Royaume-Uni. Un total de 223 cas de variants ont été confirmés par séquençage dans la région jusqu'à présent — 223 du variant britannique, cinq du Nigéria et deux d'Afrique du Sud.

Ces cas confirmés par une analyse par séquençage dans la région font partie des 2267 cas présomptifs de variants détectés après une première analyse par criblage.

Vaccination

Du côté de la vaccination, 3584 doses ont pu être administrées en Outaouais mardi, pour un total de 107 151. L'engouement pour le vaccin AstraZeneca pour les 45 ans et plus s'est fait sentir mercredi, première journée où ils y avaient accès.

Au Palais des congrès mercredi matin, une certaine confusion régnait parfois sur la file à suivre entre celle pour les gens avec rendez-vous et ceux qui n'en avaient pas. L'attente à l'extérieur pour les gens sans rendez-vous en quête d'une dose du vaccin AstraZeneca se limitait tout même à 30 à 40 lors du passage du Droit. Mardi, des gens qui avaient un rendez-vous ont attendu près de trois heures avant de recevoir leur injection.

À LIRE AUSSI: Bilan québécois de la COVID-19 du 21 avril 2021

La directrice de la campagne de vaccination en Outaouais, Nency Héroux, a souligné qu'il y a «des journées où ça va très bien», mais qu'il y en a d'autres où les choses se déroulent «moins bien». «On ne peut pas attendre deux heures, c'est beaucoup trop long», a admis Mme Héroux, qui affirme que les délais observés mardi étaient «multifactoriels». L'affichage sur place est «en constante amélioration», a-t-elle aussi assuré.