Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En Ontario, 516 personnes ont actuellement besoin d’un respirateur artificiel pour rester en vie
En Ontario, 516 personnes ont actuellement besoin d’un respirateur artificiel pour rester en vie

COVID-19: plus de 500 Ontariens sous respirateur artificiel

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Article réservé aux abonnés
En Ontario, 516 personnes ont actuellement besoin d’un respirateur artificiel pour rester en vie, un résultat direct de leurs symptômes graves de la COVID-19.

Dans la province dimanche, plus de 2000 personnes atteintes du coronavirus étaient hospitalisées pour recevoir des soins de santé, et 755 de ces patients étaient aux soins intensifs, aux prises avec des symptômes graves. 

Après une fin de semaine haute en couleur en Ontario, les libéraux de la province demandent la démission du premier ministre Doug Ford et les néo-démocrates jugent que la Solliciteure générale Sylvia Jones doit aussi prendre la porte, après qu’ils aient donné la permission aux services policiers de la province d’effectuer des contrôles aléatoires. 

«Histoire d’horreur»

Le gouvernement Ford a annoncé vendredi la fermeture des entreprises et des activités jugées non essentielles, et a dû revenir samedi sur sa décision d’ordonner la fermeture des parcs pour enfants après avoir fait l’objet de la grogne générale au sein de la population.

«Ça n’a pas été notre meilleur week-end. Mauvaise communication, mauvaise exécution», a admis le Leader parlementaire Paul Calandra, qui juge que son propre gouvernement doit «faire mieux».

La cheffe du NPD ontarien, Andrea Horwath

La façon dont le gouvernement Ford a géré la crise de la COVID-19 représente un véritable «cauchemar», «une histoire d’horreur», juge la cheffe du NPD ontarien Andrea Horwath.

À Queen’s Park lundi matin, les deux partis d’opposition ont tenté d’obtenir l’accord unanime pour que l’Ontario offre à la population un jour de congé payé à ceux qui doivent aller se faire vacciner contre la COVID-19, ce à quoi les progressistes-conservateurs se sont opposés. 

«Les médias internationaux parlent de l’Ontario comme ils parlaient de l’Italie au début de la pandémie», a déploré en chambre la néo-démocrate Doly Begum, qui s’est dite particulièrement inquiète de la situation dans sa circonscription de Scarborough Sud-Ouest. 

La ministre de la Santé Christine Elliott a répété que son gouvernement «a suivi les conseils des experts de la santé publique à chaque étape durant cette pandémie».

C’est faux. Les experts de la santé publique demandent depuis longtemps des jours de congés maladie payés, de fermer les entreprises non essentielles, et ceux-ci n’ont jamais recommandé la fermeture des parcs pour enfants ou encore de permettre les contrôles policiers aléatoires.

Bilan

Le plus récent bilan de la santé publique de l'Ontario révèle que 4447 personnes ont reçu un résultat positif à la COVID-19 au cours de la journée de dimanche.

L’Ontario a enregistré jusqu'à présent 36 579 cas confirmés du variant britannique de la COVID-19, 211 du variant brésilien et 104 cas du variant sud-africain. 

En tout, la province a répertorié plus de 420 000 infections au coronavirus depuis le début de la pandémie.

On déplore 19 nouveaux décès survenus dimanche en raison du virus. 

La COVID-19 a emporté 7735 Ontariens depuis son arrivée sur le territoire.

Dimanche, seules 66 897 personnes ont reçu une dose du vaccin contre la COVID-19. 

La province est actuellement aux prises avec des retards d’approvisionnement du vaccin Moderna.

En tout, 3,9 millions de doses ont été administrées en Ontario.

Actuellement, 76% de la population n’a encore reçu aucune dose.