Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Lors de la première vague de propagation de COVID-19, d’avril à juin, 1350 soldats ont été déployés au Québec, dont 1050 directement dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée.
Lors de la première vague de propagation de COVID-19, d’avril à juin, 1350 soldats ont été déployés au Québec, dont 1050 directement dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée.

COVID-19: pas de retour des militaires au Québec

Olivier Bossé
Olivier Bossé
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Au contraire de l’Ontario, le Québec ne rouvre pas la porte au retour de militaires pour prêter main-forte durant cette deuxième vague de COVID-19. Pas plus dans les hôpitaux que dans les CHSLD.

Le premier ministre ontarien, Doug Ford, s’est dit mercredi très ouvert à une nouvelle aide de l’armée canadienne dans les résidences pour personnes âgées de sa province.

«On va prendre toute l’aide disponible. Je ne refuse jamais d’aide», a déclaré M. Ford en point de presse, après avoir reçu l’offre à cet effet du premier ministre fédéral, Justin Trudeau.

Mais à Québec, la situation est différente.

«Pour l’instant, les besoins sont davantage au niveau du personnel soignant, comme les médecins et le personnel infirmier», explique-t-on au cabinet du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

«Les postes que comblaient l’armée dans nos CHSLD au printemps ont été pourvus en vaste partie par la formation et l’embauche des 7000 préposés aux bénéficiaires. Au niveau de la vaccination, nous avons des ressources en quantité suffisante pour pourvoir à la demande et aux objectifs fixés», fait valoir l’attachée de presse du ministre, Marjaurie Côté-Boileau.

Lors de la première vague de propagation de COVID-19, d’avril à juin, 1350 soldats ont été déployés au Québec, dont 1050 directement dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD).

Depuis l’été, environ 500 travailleurs de la Croix-Rouge bossent dans les CHSLD du Québec. Ils devraient y rester jusqu’à la fin mars.

En point de presse en début d'après-midi, jeudi, le ministre québécois de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a confirmé cette position. 

«On va toujours prendre l'aide offerte par le fédéral. Dans la situation actuelle, un endroit où le fédéral peut continuer à nous aider,  c'est avec la Croix-Rouge beaucoup plus qu'avec l'armée. Parce que la Croix Rouge peut nous aider par exemple directement dans les CHSLD ou les endroits comme ça», a indiqué le M. Dubé, qui se réunira vendredi avec ses homologues ministres de la Santé des autres provinces et du fédéral.