Un total de cinq établissements de soins de longue durée et de résidences pour aînées sont maintenant considérés en éclosion dans l’Est ontarien, a annoncé vendredi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO).
Un total de cinq établissements de soins de longue durée et de résidences pour aînées sont maintenant considérés en éclosion dans l’Est ontarien, a annoncé vendredi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO).

COVID-19: maintenant cinq éclosions répertoriées dans l’Est ontarien

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Un total de cinq établissements de soins de longue durée et de résidences pour aînées sont maintenant considérés en éclosion dans l’Est ontarien, a annoncé vendredi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario (BSEO).

La résidence pour aînés Sandfield Place et la maison de soins de longue durée St-Joseph’s Continuing Care Center, deux établissements situés à Cornwall, s’ajoutent aux trois flambées déjà répertoriées sur le territoire du BSEO. Les deux nouvelles éclosions ont été déclarées sous les mêmes circonstances, précise le Dr Paul Roumeliotis, médecin hygiéniste au BSEO. Un résident de chaque établissement a été initialement envoyé à l’hôpital pour une raison non reliée à la COVID-19, puis a été déclaré positif une fois arrivé au centre hospitalier. «Les deux [résidents) ont subi le test [d’entrée] selon les procédures de l’hôpital et ont reçu un diagnostic positif, donc nous considérons une éclosion», a précisé le Dr Roumeliotis. Il ajoute que le dépistage de tous les autres résidents et membres du personnel de ces deux résidences sera effectué dans les prochains jours de façon préventive. 

L’établissement de longue durée le plus touché demeure la Résidence Prescott et Russell, à Hawkesbury, ou un total de 35 cas ont été répertoriés, soit 27 résidents et huit membres du personnel. Les Comtés unis de Prescott et Russell (CUPR) ont cependant indiqué par voie de communiqué vendredi que quatre de ces cas de COVID-19 sont maintenant considérés comme résolus. «Ces quatre résidents demeurent en isolation pour des fins préventives», précisent les CUPR. 

La résidence pour aînés The Palace, à Alexandria, compte toujours pour sa part huit cas parmi ses résidents ainsi qu’un travailleur infecté par le virus. 

La cinquième éclosion est répertoriée à la maison de soins de longue durée Foyer St-Jacques, à Embrun, qui est considérée en flambée depuis déjà plus d’un mois. Le BSEO avait cependant précisé en début de semaine qu’il s’agissait d’une question de jours avant que cette éclosion soit considérée comme résorbée. 


« Je crains un haut taux de mortalité parmi cette population, mais on se croise les doigts. »
Dr Paul Roumeliotis

Inquiétude au BSEO 

Le Dr Roumeliotis ne s’en cache pas, la hausse importante de nouveaux cas est inquiétante et les cinq éclosions qui font rage dans les établissements pour aînés lui font craindre le pire. «Je crains un haut taux de mortalité parmi cette population, mais on se croise les doigts.» 

Huit nouveaux cas se sont d’ailleurs ajoutés au bilan global vendredi, fait grimper le total à 409 cas répertoriés dans l’Est ontarien depuis le début de la pandémie. 134 individus parmi ces cas portent toujours le virus activement dans la région. Cinq personnes sont maintenant hospitalisées, dont une aux soins intensifs. 

Par ailleurs, le nombre de nouveaux cas de COVID-19 recensés depuis le 1er octobre, soit 100, talonne dangereusement le nombre total répertorié pendant tout le mois de septembre, soit 108. Ce nombre risque d’être largement surpassé, considérant qu’il reste toujours environ deux semaines avant le mois de novembre. Le Dr Roumeliotis n’exclut pas que la région puisse prochainement retourner au stade 2 du déconfinement, comme l’ont déjà fait les régions grandement touchées de Peel, Toronto, Ottawa et York au cours des derniers jours. «On voit une croissance importante. On est en train de discuter pour voir quelles sont les prochaines étapes», a-t-il ajouté.