Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après les augmentations de 53 cas rapportées vendredi et dimanche, ce sont 50 diagnostics de COVID-19 qui se sont ajoutés mardi au bilan de la pandémie en Outaouais.
Après les augmentations de 53 cas rapportées vendredi et dimanche, ce sont 50 diagnostics de COVID-19 qui se sont ajoutés mardi au bilan de la pandémie en Outaouais.

COVID-19: l'Outaouais atteint de nouveau la barre des 50 nouveaux cas

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Pour une troisième fois en cinq jours, l'Outaouais a enregistré mardi une hausse atteignant la barre des 50 nouveaux cas de COVID-19.

Après les augmentations de 53 cas rapportées vendredi et dimanche, ce sont 50 diagnostics de COVID-19 qui se sont ajoutés mardi au bilan de la pandémie en Outaouais, ce qui représente la plus forte hausse brute parmi toutes les régions en zone orange. Il s'agit aussi de la deuxième plus forte augmentation du nombre de cas par 100 000 habitants parmi l'ensemble des régions du Québec, derrière Laval.

Pour les sept derniers bilans, la région a enregistré une hausse moyenne de 42 nouveaux cas par jour. Lors de l'annonce du passage de la région en zone orange, à la mi-février, il n'y en avait que 15 par jour, en moyenne.

Depuis le début de la pandémie, un total de 6967 cas ont été confirmés en Outaouais, ce qui représente une personne sur 58.

Aucun nouveau décès causé par la COVID-19 n'a été rapporté mardi en Outaouais, où le virus a fait 171 victimes jusqu'à présent.

Cas actifs

L'Outaouais compte maintenant 290 cas actifs de COVID-19, ce qui représente 71,7 cas actifs par 100 000 habitants. De toutes les régions en zone orange, il n'y a qu'au Saguenay-Lac-Saint-Jean que le taux de cas actifs est supérieur à celui observé en Outaouais.

Deux régions en zone rouge – les Laurentides et la Montérégie – ont encore un taux de cas actifs inférieur à celui de l'Outaouais.

Les autorités régionales avaient fait savoir, lundi, qu'il y a des cas partout en Outaouais, mais qu'une plus forte concentration est observée dans l'ouest de Gatineau, soit dans les secteurs Aylmer et Hull.

Sur les 290 personnes actuellement infectées par le virus dans la région, 247 demeurent dans les secteurs Hull, Aylmer et Gatineau, ce qui représente une hausse de quatre par rapport au bilan de lundi.

Le territoire des Collines-de-l'Outaouais regroupe 15 cas actifs (stable), tandis qu'il y en a 12 dans Papineau (+1), huit dans le Pontiac (stable) et six dans la Vallée-de-la-Gatineau (–1).

Sur l'ensemble des cas actifs dans la région, 26 sont des employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais.

Selon les statistiques régionales, il reste cinq cas actifs parmi les résidents du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond, dans le secteur Hull, tandis qu'il y en a deux à la phase 1 des Résidences de la Gappe, dans le secteur Gatineau. Un cas est aussi apparu au CHSLD Ernest-Brisson, dans le Vieux-Gatineau.

Il n'y a toujours aucun cas confirmé de variant de la COVID-19 en Outaouais, mais la directrice régionale de la santé publique, la Dre Brigitte Pinard, avait indiqué lundi qu'il y a tout de même 170 cas présomptifs de variants dans la région.

Les données publiées mardi par le CISSSO faisaient état de 11 hospitalisations liées à la COVID-19 dans la région, soit une de plus que la veille. Aucun de ces patients n'est aux soins intensifs.

Dépistage

Le CISSSO a indiqué, mardi avant-midi, qu'il reçoit «un important volume d'appels pour prendre rendez-vous pour un dépistage de la COVID-19». L'organisation a ajouté du personnel «pour répondre à la demande», tout en invitant la population à privilégier la prise de rendez-vous en ligne. Le CISSSO effectue en moyenne 715 tests de dépistage par jour en ce moment.

La région tente par ailleurs toujours de rattraper le retard dans l'analyse des prélèvements, qui a été causé par un bris d'équipement survenu la semaine dernière.

Le CISSSO a indiqué au Droit que les résultats sont actuellement disponibles dans un délai de «trois à quatre jours en moyenne», et qu'«une très faible proportion des résultats dépasse les cinq jours».

Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe, souligne de son côté que les résultats sont livrés dans un délai raisonnable «en temps normal». «Là, on a eu un événement imprévu, un bris qui a fait en sort qu'il y a eu du retard, mais ce retard-là est en voie d'être rattrapé pas mal au complet, a-t-il mentionné en entrevue. Ensuite, on ne peut jamais être totalement à l'abri de bris, que ce soit en Outaouais ou ailleurs au Québec.»

Le ministre Lacombe affirme qu'il comprend «tout à fait» les résidents de l'Outaouais qui traversent du côté d'Ottawa pour le dépistage, puisque les résultats arrivent plus rapidement. «L'idée, c'est d'avoir [le résultat] le plus rapidement possible, quel que soit le moyen», a-t-il dit.