Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit, a accusé le gouvernement d’avoir agi trop tardivement en Outaouais.
La porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit, a accusé le gouvernement d’avoir agi trop tardivement en Outaouais.

COVID-19: les libéraux réclament des «outils supplémentaires» en Outaouais

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les libéraux réclament des actions rapides du gouvernement du Québec pour aider à freiner la transmission de la COVID-19 en Outaouais, qui a atteint un niveau sans précédent dans la région. Le ministre de la Santé, Christian Dubé, demande pour sa part «quelques jours pour être capable de finir la mise en place pour être capable de bien traiter les gens de l’Outaouais».

Dans un communiqué diffusé mardi, la porte-parole libérale en matière de santé, Marie Montpetit, et son collègue député de Pontiac, André Fortin, demandent au gouvernement de mettre en place des «outils supplémentaires pour prévenir les éclosions» de COVID-19 en Outaouais.

«Bien que la pandémie ait des impacts importants dans l’ensemble des régions, il faut reconnaître que la situation ici est particulièrement critique, de sorte que le gouvernement caquiste y a décrété des mesures sanitaires plus exigeantes, rappellent les élus libéraux dans le communiqué. Malgré l’implantation des mesures exceptionnelles, le gouvernement caquiste pourrait en faire plus pour prévenir les éclosions.»

Le ministre de la Santé, Christian Dubé

«Ce qu’on veut surtout, c’est que le gouvernement ne tombe pas dans la complaisance en Outaouais, a mentionné M. Fortin en entrevue avec Le Droit. On veut sentir l’urgence à travers les actions du gouvernement. […] Les hospitalisations sont en hausse et on vit tous des restrictions additionnelles par rapport à plusieurs autres régions du Québec, alors l’action du gouvernement doit traduire l’urgence de la situation.»

Parmi les «outils» réclamés par le Parti libéral du Québec (PLQ) se trouve l’utilisation des tests rapides dans divers milieux. «Le jour où on rouvre les écoles, on veut s’assurer qu’elles soient les plus sécuritaires possible et les tests rapides nous apparaissent comme un outil essentiel pour y arrive, expose le député de Pontiac. Même chose pour les milieux de travail.»

À l’Assemblée nationale
En période de questions mardi après-midi à l’Assemblée nationale, la députée Montpetit a de son côté accusé le gouvernement d’avoir agi trop tardivement en Outaouais. «Comment ça se fait qu’on s’est rendu là? Qu’est-ce qui a causé l’augmentation des cas aussi rapidement au cours des dernières semaines? […] Et pourquoi surtout le ministre aura pris trois semaines, trois semaines avant d’agir?»

Le ministre de la Santé, Christian Dubé, a reconnu que la situation en Outaouais est «malheureuse», tout en attaquant à son tour les libéraux. «On fait affaire à un variant qui est incontrôlable, a-t-il mentionné en chambre. Malheureusement, on a des situations qui deviennent très difficiles, l’Outaouais est un bel exemple et c’est très malheureux, et j’ai beaucoup d’empathie pour les gens de la région. Il faut se rappeler une chose, le nombre de cas a augmenté, on a eu des bris d’équipement, on a un manque de personnel qui date d’avant la pandémie. Il y a eu une négligence libérale dans l’Outaouais, c’est une des raisons pour laquelle on a dû faire des investissements massifs, notamment pour préparer l’arrivée d’un hôpital. […] La situation de l’Outaouais, elle est malheureuse. Tout ce que je demande, c’est d’être capable de nous donner quelques jours pour être capable de finir la mise en place pour être capable de bien traiter les gens de l’Outaouais.»