COVID-19: le masque serait bientôt obligatoire à Ottawa

Le port du masque deviendrait obligatoire dans les lieux publics intérieurs d’Ottawa dans moins de deux semaines pour limiter la transmission de la COVID-19.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a annoncé vendredi après-midi qu’une motion sera déposée à la prochaine réunion du conseil municipal prévue le 15 juillet prochain afin de créer un règlement municipal qui rendrait obligatoire le port d’un masque de protection dans les lieux publics intérieurs.

«Le plus récent sondage d’engagement du public mené par Santé publique Ottawa (SPO) a révélé que les résidents d’Ottawa étaient en grande majorité d’accord pour que le port du masque en tissu soit obligatoire dans les magasins de façon qu’ils se sentent plus à l’aise d’y faire leurs emplettes», écrit M. Watson dans une déclaration écrite.

Plus tôt cette semaine, le directeur des services de protection et d'urgence de la municipalité, Anthony Di Monte, a indiqué qu’un règlement municipal permettrait de créer un système de contravention moins contraignant que les dispositions de la loi provinciale.

Rappelons que les masques sont obligatoires dans les transports en commun à Ottawa depuis le 15 juin dernier.

Trois nouveaux cas

SPO n’a répertorié que 3 nouveaux cas confirmés de la COVID-19 dans la capitale fédérale depuis jeudi.

On compte maintenant 2104 Ottaviens qui ont reçu un résultat positif à un test de dépistage pour le nouveau coronavirus. Avec 1798 personnes infectées qui en sont guéries et 263 décès, il ne reste plus que 43 cas actifs connus de SPO à Ottawa.

On compte toujours deux éclosions en cours dans des établissements de santé, soit au Centre de santé des anciens combattants Perley Rideau et au foyer de soins de longue durée Peter D. Clark.

+

Le premier ministre de l'Ontario, Doug Ford

L'AGENCE PROVINCIALE DE GESTION DES URGENCES DÉPLOYÉE À WINDSOR

Le premier ministre de l’Ontario a affirmé vendredi qu’une équipe de l’agence provinciale de gestion des urgences avait été déployée dans la région de Windsor-Essex pour faire face à une importante éclosion de COVID-19 chez un producteur agricole.

Doug Ford a expliqué que des employés de Gestion des urgences Ontario aideront à coordonner les soins et le logement des 191 travailleurs d’une ferme qui ont été déclarés positifs en fin de semaine dans cette région du sud-ouest de la province. L’agence provinciale travaillera également avec la Croix-Rouge canadienne, les agriculteurs et les responsables locaux de la santé publique pour répondre à cette éclosion, a-t-il dit.

M. Ford a également présenté ses excuses, vendredi, pour avoir laissé entendre, la veille, que certains travailleurs étrangers temporaires se cachaient pour ne pas être testés à nouveau. Le premier ministre soutient maintenant que ses commentaires étaient basés sur des informations erronées - mais il a refusé de dire d’où elles provenaient.

Le déploiement du personnel de Gestion des urgences intervient après que le médecin-hygiéniste de la région a ordonné un arrêt de travail dans la serre en question, qui n’est pas identifiée. Le docteur Wajid Ahmed a déclaré vendredi qu’il pourrait émettre des ordonnances semblables dans d’autres fermes.

M. Ford avait semblé contredire et critiquer, jeudi, la décision du docteur Ahmed, affirmant que cette ordonnance n’encouragerait pas les agriculteurs locaux à participer aux efforts de lutte contre le virus. L’association représentant les producteurs en serres soutient que cet arrêt de travail a provoqué de l’anxiété chez les agriculteurs et les travailleurs.

L’armée quitte les foyers

Par ailleurs, le gouvernement Ford a annoncé vendredi que les militaires déployés en avril dans les foyers de soins de longue durée les plus durement touchés par la COVID-19 pourraient être libérés. Le gouvernement a aussi indiqué que les inspections dans tous les foyers soutenus par l’armée étaient terminées et que les inspecteurs resteraient sur place.

L’Ontario signalait vendredi 165 nouveaux cas de COVID-19 et deux nouveaux décès liés au coronavirus. Le bilan total de cas s’élève désormais à 35 535, dont 30 909 considérés comme résolus et 2682 décès. L’Ontario signalait 179 cas résolus la veille, et avait effectué plus de 24 194 tests au cours des 24 dernières heures.

Par ailleurs, le maire d’Ottawa a annoncé que le port du masque dans les lieux publics fermés pourrait être bientôt obligatoire dans la capitale. Jim Watson et un conseiller présenteront le 15 juillet un projet de règlement municipal en ce sens. Plusieurs autres villes ontariennes ont pris des mesures similaires, notamment Toronto et Windsor. Le règlement municipal à Toronto, adopté la semaine dernière, entrera en vigueur le 7 juillet.

Le premier ministre Ford a résisté jusqu’ici aux appels visant à rendre le port du masque obligatoire dans les lieux publics de toute la province, affirmant qu’une approche régionale était préférable compte tenu du taux d’infection relativement faible dans certaines régions.

Un «party clandestin» dans un bar

D’autre part, la Commission des alcools et des jeux de l’Ontario songe à révoquer le permis d’alcool d’un bar de Toronto qui aurait organisé une soirée secrète à laquelle assistaient plus de 100 personnes, la semaine dernière. Le permis d’alcool du bar «Goldie» est suspendu pendant que la Commission entame le processus de révocation.

Plus tôt cette semaine, la police a allégué qu’entre 125 et 150 clients avaient été autorisés à entrer dans le bar, le 26 juin, pour une fête où la distanciation sociale n’était pas du tout respectée.

Les bars et les restaurants en Ontario ne sont actuellement autorisés à servir les clients que dans des environnements extérieurs.