Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario travaille actuellement sur un outil de dépistage pour les parents à la rentrée afin de déterminer si leurs enfants sont aptes à se présenter à l’école.
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario travaille actuellement sur un outil de dépistage pour les parents à la rentrée afin de déterminer si leurs enfants sont aptes à se présenter à l’école.

COVID-19: Le BSEO veut lancer un nouvel outil de dépistage pour les parents

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Le Bureau de santé de l’est de l’Ontario travaille actuellement sur un outil de dépistage pour les parents à la rentrée afin de déterminer si leurs enfants sont aptes à se présenter à l’école.

Cet outil, sous forme de sondage, pourra être utilisé quotidiennement. «On a différentes couches de protections. Une des plus importantes est de faire un dépistage chaque jour des symptômes pour que les enfants malades ne rentrent pas à l’école», explique le médecin hygiéniste au BSEO, le Dr Paul Roumeliotis. 

«Par contre, certains symptômes sont plus difficiles à détecter. Disons que l’enfant tousse. Si le parent dit oui, automatiquement l’enfant ne rentrerait pas à l’école. Mais on doit demander d’autres questions, parce peut être que l’enfant a des problèmes chroniques, de l’asthme et il tousse toujours. On doit poser des questions plus approfondies pour guider les parents.» 

L’outil sera disponible en format papier au Bureau de santé ou sous forme d’une application mobile simple. «À la fin du sondage, ça dira si l’enfant peut aller à l’école ou s’ils ne doivent pas se présenter. Dans ce cas, les parents seront appelés à contacter la Santé publique.» Le BSEO assure qu’aucune donnée personnelle ne sera recueillie par l’outil et que les répondants ne pourront pas être identifiés. Son utilisation sera strictement volontaire. 

Cette initiative est développée en partenariat avec le Bureau de santé de Leeds, Grenville et Lanark, avec qui le BSEO partage des conseils scolaires. 

Pour l’instant, il ne s’agit que d’une version pilote, disponible d’ailleurs en format d’essai sur la page Facebook du Bureau. Le BSEO demande d’ailleurs aux gens qui en font l’essai de faire part de leurs commentaires afin d’améliorer la version finale. 


« On a différentes couches de protections. Une des plus importantes est de faire un dépistage chaque jour des symptômes pour que les enfants malades ne rentrent pas à l’école. »
Dr Paul Roumeliotis

Fin de l’éclosion au Maxville Manor

L’éclosion de COVID-19 déclarée le 30 juillet dernier à la maison de soins de longue durée Maxville Manor, à Maxville, est officiellement résolue a annoncé jeudi le Bureau de santé de l’est de l’Ontario. 

Le nombre de cas positifs sur le territoire demeure pour sa part stable, avec toujours 179 cas déclarés. Parmi ce total, seulement cinq cas actifs, quatre dans les Comtés unis de Prescott et Russell et un seul dans les Comtés unis de Stormont, Dundas et Glengarry, sont répertoriés.