Mercredi, plus de 7 500 morts étaient recensés en Italie à cause de la pandémie de coronavirus.
Mercredi, plus de 7 500 morts étaient recensés en Italie à cause de la pandémie de coronavirus.

COVID-19: «Il faut garder le moral», dit un Gatinois d'origine italienne

Un Gatinois d’origine italienne fait partie des rares personnes sur cette planète à ne compter aucun proche atteint du coronavirus.

L’Italie est plongée dans un enfer innommable depuis des semaines. Les morts se comptent par milliers (plus de 7 500, mercredi) et presque tous les Italiens ont vécu un drame personnel lié à la pandémie.

Vincent a préféré taire son nom de famille afin de préserver la vie privée des siens en sol canadien.

Ses liens familiaux et amicaux sont toujours solides avec ceux qui vivent dans le nord-est de l’Italie. « Ils sont en milieu rural, alors, c’est un peu mieux que dans les villes, où tout est fermé. Dans leur village, ils n’ont accès qu’à la pharmacie et au marché d’alimentation. »

Ses amis travaillent sur les terres agricoles. Ils poursuivent tant bien que mal la culture des vignes pour, un jour, en faire du vin. D’autres maintiennent les activités des fermes bovines.

« Le problème, dit Vincent, c’est un peu comme ici. C’est de garder le moral. Personne, dans ma famille, n’est touché là-bas. Mais il n’y a rien à faire. Aucune activité. Ils ont besoin de permissions spéciales pour tout. Le monde est dans l’incertitude. Le combat pour garder le moral, c’est la même chose qu’ici. J’ai l’impression que c’est bien pire là-bas. Lorsque je leur ai dit que le Canada était aussi touché par la pandémie, ils n’en revenaient pas. Ils étaient trop préoccupés par ce qui se passait chez eux. »

Vincent souhaite que les Canadiens réussissent à garder leur calme dans les prochaines semaines. Il souhaite surtout que la crise sanitaire au Canada n’atteigne pas les mêmes sommets que ceux de son pays d’origine. « En Italie, c’est la panique. »