Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin
Le maire de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin

COVID-19: Gatineau prêtera des bras… et des oreilles

La situation exceptionnelle engendrée par la pandémie de COVID-19 pousse la Ville de Gatineau et ses syndicats à lancer un appel à l’entraide et à la solidarité des employés municipaux en position de le faire d’aller prêter main-forte dans les organismes ainsi qu’au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). Une équipe qui atteindra une trentaine d’employés a aussi été formée pour faire des appels «de vigilance et de bienveillance» auprès de milliers d’aînés confinés et particulièrement vulnérables.

«On a des gens en disponibilité, on a des gens qu’on peut mettre à leur service», a indiqué le maire en invitant les employés municipaux dont les tâches habituelles sont mises sur la glace en raison de la pandémie à s’inscrire sur une liste. Pour la présidente du Syndicat des cols blancs, Geneviève Carrier, il s’agit d’une façon pour les employés de protéger leur emploi en conservant la même rémunération, mais aussi de pouvoir aller donner un coup de main dans une situation qui commande la solidarité. La participation demeure sur une base volontaire.

À LIRE AUSSI : Gatineau pourrait retarder l’ouverture de services municipaux

«Ça faisait déjà quelques semaines qu’on suggérait de pouvoir aller prêter main-forte dans les organismes communautaires, a-t-elle noté. On aurait voulu le faire avant les mises à pied pour protéger d’autres emplois. Jusqu’à maintenant, la Ville de Gatineau a mis à pied temporairement plus de 700 employés. Le maire Pedneaud-Jobin n’exclut pas de rappeler certains de ces travailleurs pour les redéployer dans des organismes si le besoin devait se faire sentir, alors que le déconfinement s’enclenche. 

Oreille bienveillante

S’avouant «singulièrement inquiète» de l’état d’esprit des aînés isolés à domicile depuis maintenant plusieurs semaines, la présidente de la commission Gatineau, ville en santé, Renée Amyot, a pour sa part pris l’initiative de créer une équipe de quelques dizaines de travailleurs pour exercer «une vigilance bienveillante» auprès des aînés les plus vulnérables.

«Pour contribuer à briser l’isolement, au cours des prochaines semaines, des employés municipaux feront des appels de courtoisie aux aînés. Gatineau évalue à plus de 33 000 le nombre de personnes de plus de 65 ans sur son territoire. Du nombre, environ 8000 seraient plus vulnérables. «Nous allons vérifier que ces personnes sont en sécurité au niveau alimentaire et médical, explique la conseillère. Au besoin, nous allons les référer aux ressources appropriées. On va poser des questions très précises pour obtenir des informations permettant à l’employé de bien diriger la personne si nécessaire.» Environ 400 appels par jour seront faits au début. La cadence devrait s’accélérer au cours des prochains jours. 


« Au lieu de mettre des gens à pied, on fait une pierre deux coups. On maintient des salaires et on aide la communauté. »
Maxime Pedneaud-Jobin

CISSSO et organismes

D’autres employés cols bleus, cols blancs et professionnels, sont invités à prêter leurs bras à trois organismes communautaires qui ont fait des demandes formelles auprès de la Ville pour obtenir de l’aide. Le Gîte ami cherche notamment des gens à la cuisine et pour l’entretien ménagé. La Manne de l’île et l’organisme Pop ta soupe ont besoin d’aide pour la gestion des denrées, ainsi que du personnel administratif. 

Une dizaine d’employés municipaux pourraient être appelés à faire des appels de recrutement pour le CISSSO. L’établissement souhaite aussi que des volontaires se manifestent pour venir prêter main-forte au personnel dans les CHSLD. 

Au moment de sa deuxième vague de mises à pied, il y a deux semaines, la Ville avait précisé qu’il n’y avait pas de besoin dans les organismes communautaires de Gatineau, où que ces derniers n’étaient pas en mesure d’accueillir plus de bénévoles. 

«Ce qui a changé, c’est qu’on a eu des demandes formelles, a précisé le maire. Au début, on a interpellé Centraide et plusieurs organismes et le besoin était assez limité. Là, des besoins précis ont été exprimés. […] Au lieu de mettre des gens à pied, on fait une pierre deux coups. On maintient des salaires et on aide la communauté. […] L’objectif est de maintenir la santé des Gatinois et de faire face à cette crise-là.»