Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nombre de cas actifs a également enregistré une augmentation, alors que maintenant 204 personnes portent activement le virus en Outaouais, soit une hausse de quatre cas en 24 heures. 
Le nombre de cas actifs a également enregistré une augmentation, alors que maintenant 204 personnes portent activement le virus en Outaouais, soit une hausse de quatre cas en 24 heures. 

COVID-19 en Outaouais: «La situation nous préoccupe beaucoup» [VIDÉO]

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Les autorités sanitaires de l’Outaouais ont tiré la sonnette d’alarme. Plus d’une centaine de nouveaux cas de COVID-19 ont été rapportés dans la région au cours des trois derniers jours, alors que 19 nouveaux cas se sont ajoutés au bilan lundi.

«La situation en Outaouais nous préoccupe beaucoup», a lancé le ministre de la Famille et ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, dans un point de presse conjoint avec le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO). «C’est un portrait épidémiologique qui prend une tournure inquiétante et on doit agir rapidement si on ne veut pas qu'il soit trop tard.»

Depuis samedi, 106 cas du virus se sont ajoutés au bilan régional. Le nombre de cas total rapporté dans la région depuis le début de la pandémie se chiffre maintenant à 6647 cas. Les cas actifs ont aussi enregistré une augmentation de quatre, pour se chiffrer à 204 cas. «On voit que nous avons une augmentation de cas hebdomadaire comparativement aux semaines précédentes», a précisé la Dre Brigitte Pinard, directrice de la santé publique au CISSSO. Avant de passer en zone orange, l’Outaouais enregistrait en moyenne une augmentation de 13 à 14 nouveaux cas quotidiennement, alors que la région dénombre désormais en moyenne de 23 à 24 nouveaux cas par jour. De plus, les hausses de cas quotidiennes plus importantes du mois de février étaient liées aux éclosions, comme celle qui fait rage au CHSLD Lionel-Emond. Cette fois, l’augmentation de cas est plutôt dans la communauté, ajoute Mme Pinard. «Il faut être très prudents dans l’ensemble des milieux que nous fréquentons.»

Même si aucun nouveau décès n’est rapporté en Outaouais lundi, le CISSSO indique que les hospitalisations ont doublé depuis les derniers jours, alors que neuf personnes sont hospitalisées à l'unité COVID, et une personne est aux soins intensifs. Seize éclosions sont également actives présentement dans la région, soit six en milieu de travail, cinq en milieux de soins et hébergement et cinq milieux scolaires et en services de garde. Au CHSLD Lionel-Émond, 19 cas sont toujours actifs. 

Selon le ministre Lacombe, il n’est pas trop tard et les citoyens doivent se serrer les coudes pour renverser la tendance. «On doit poser des gestes tout de suite et être beaucoup plus vigilants qu’on l’a été dans les derniers jours pour s’assurer qu’on puisse rester en zone orange comme on l’est depuis quelques jours.» 

Variants

À l’heure actuelle, 101 cas présomptifs de variants sont à l’étude dans la région. Selon la Dre Pinard, le CISSSO a reçu les résultats préliminaires des 40 premiers cas présomptifs, desquels 30 ont affiché un résultat positif à un variant de la COVID. Le CISSSO est actuellement en attente de la confirmation des résultats et du type de variant. «Présentement, nous tenons pour acquis qu’il y a des cas de variants dans la région», a souligné la Dre Pinard. 

La semaine dernière, 22% des cas de COVID-19 étaient des cas présomptifs de variants, alors que ce pourcentage était de 15% la semaine précédente. 

Vaccination

Le dernier bilan fait état de 19 875 doses de vaccin administrées en Outaouais. 

L’Outaouais avait pris un retard sur d’autres régions dans le nombre de doses administrées. Certaines livraisons avaient été retardées, puisqu’elles devaient être redirigées vers des régions plus touchées de la province, explique le CISSSO. Selon la Santé publique, la cadence de vaccination ne fera qu’augmenter au cours des prochains jours et des prochaines semaines. Environ mille plages horaires de vaccination ont d’ailleurs été ajoutées dans la région cette semaine. 

En point de presse, le CISSSO a également réitéré sa confiance envers le vaccin d’AstraZeneca. Le vaccin fait les manchettes depuis plusieurs jours en lien avec de possibles effets secondaires, dont des thromboses, répertoriées chez des individus ayant reçu une dose. Certains pays ont tout simplement suspendu son utilisation. Selon la Santé publique, il n’y a pas de lien de causalité entre les thromboses et le vaccin d’AstraZeneca à l’heure actuelle.

 Les pays en ayant cessé l’administration l’ont fait par précaution et les numéros de lots distribués dans les pays ayant suspendu le vaccin d’AstraZeneca ne sont pas les lots distribués au Québec et au Canada, ont ajouté les autorités sanitaires. 

***

À LIRE AUSSI: Québec signale 594 nouveaux cas et ajoute 10 décès à son bilan