Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le nombre de cas actifs effectue pour sa part une légère hausse de seulement un cas, pour se chiffrer à 218 cas actifs en Outaouais.
Le nombre de cas actifs effectue pour sa part une légère hausse de seulement un cas, pour se chiffrer à 218 cas actifs en Outaouais.

COVID-19: Éclosions à la hausse en Outaouais [VIDÉO]

Ani-Rose Deschatelets
Ani-Rose Deschatelets
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La Santé publique de l’Outaouais a confirmé qu’une éclosion de COVID-19 a été déclarée au Café Mulligan, dans le secteur Aylmer.

Cinq cas ont été répertoriés jusqu’à présent. Le restaurant avait déjà annoncé sur sa page Facebook le 11 mars dernier avoir pris la décision de fermer à la suite de la réception d’un résultat de test de dépistage positif. 

Le Centre intégré de santé et de services sociaux (CISSS) juge que le risque est faible pour les clients, mais invite les personnes ayant fréquenté le restaurant du 149, rue Principale, entre le 5 et le 11 mars dernier de surveiller l’apparition de symptômes, de limiter leurs déplacements pour les deux semaines suivant la date de leur visite à l’établissement et d’aller se faire dépister au besoin. 

 Il s’agit de la deuxième éclosion déclarée dans le secteur d’Aylmer en quelques jours. Lundi, la Santé publique a confirmé une éclosion en cours au restaurant The British, également situé sur la rue Principale. Moins de cinq cas ont été recensés parmi les employés. Les propriétaires des deux commerces ont pris la décision de fermer temporairement leurs portes et collaborent à l’enquête épidémiologique. 

 Par ailleurs, rappelons que le CISSSO a confirmé mardi qu’une importante éclosion a été déclarée au CPE « Au pays de Cornemuse », situé sur le boulevard Saint-Raymond. Selon les dernières données, 20 cas positifs ont été déclarés jusqu’à présent. 

CPE Au pays de Cornemuse, situé sur le boulevard Saint-Raymond

Le CISSSO a également affirmé qu’une éclosion de COVID-19 avait été déclarée au laboratoire d'analyse des tests de dépistage de l’Hôpital de Gatineau. L’éclosion touche moins de cinq employés jusqu’à présent. «Cette éclosion est très bien maîtrisée et n’a pas d’impact sur la chaîne d’analyse», a précisé Ann Rondeau, directrice des services multidisciplinaires et à la communauté au CISSSO. 

Seize cas sont par ailleurs toujours actifs au CHSLD Lionel-Emond et cinq à la Résidence La Gappe. 

 Dix-sept éclosions au total sont actuellement actives en Outaouais, dont sept en milieux de travail, cinq en milieux de soins ou d'hébergement, deux en milieu scolaire et trois en services de garde. 

 22 nouveaux cas en Outaouais 

 Le CISSSO a rapporté 22 nouvelles infections à la COVID-19 dans la région mercredi. 

 Ces nouveaux cas portent à 6 692 le nombre de cas total rapporté dans la région depuis le début de la pandémie. Le nombre de cas actifs effectue pour sa part une légère hausse de seulement un cas, pour se chiffrer à 218 cas actifs en Outaouais. «Si la tendance se maintient en termes d’augmentation, dans les prochaines semaines, on pourrait nécessiter des mesures additionnelles. Ce n'est pas ce qu’on souhaite», a indiqué Brigitte Pinard, directrice de santé publique au CISSSO

 Quatorze cas de variants présomptifs se sont ajoutés au bilan de la région, pour un total de 115 cas à l’étude. Le CISSSO indique que 22% des cas positifs recensés actuellement sont des cas présomptifs de variants. 

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) n’a toutefois toujours pas confirmé le nombre de variants bel et bien présent dans la région. Le CISSSO confirme toutefois que les résultats préliminaires montrent toujours une trentaine de cas qui devraient être confirmés prochainement. 

 Le bilan des décès demeure pour sa part stable, avec 167 personnes ayant perdu la vie des suites de la maladie. Les plus récentes données affichent neuf hospitalisations en Outaouais, dont une patient aux soins intensifs. 

Vaccination 

L’Outaouais a franchi la barre des 20 000 doses de vaccin administrées, alors que le dernier bilan de l’INSPQ fait état de 20 540 doses de vaccin injectées dans la région jusqu’à présent. 

Le premier ministre François Legault a avancé mardi en point de presse que tous les Québécois qui le désirent pourront recevoir une première dose de vaccin contre la COVID-19 d’ici le 24 juin. 

«On va travailler en ce sens-là» a souligné la directrice de la vaccination contre la COVID-19 en Outaouais, Nency Héroux, sans avancer de date précise pour un tel exploit dans la région. «Si on nous donne les vaccins, j’ai bon espoir qu’on pourra y arriver également, on met tout en œuvre pour ça.» 

 Si le CISSSO veut y parvenir, il devra doubler, voire tripler sa capacité en ressources humaines, qui est actuellement le talon d’Achille de la campagne dans la région. «Considérant la cadence qui va s’accélérer, que l’on souhaite qui s’accélère, notre besoin de main-d'œuvre est beaucoup plus grand.» 

La Santé publique affirme néanmoins prévoir atteindre son objectif de 3000 doses administrées par jour dès la semaine du 22 mars. 

Délais de dépistage

Le CISSSO rappelle que l’appareil d’analyse des résultats de dépistage a connu un bris en début de semaine et est toujours en réparation. 

Les tests de dépistage doivent présentement être envoyés à l'extérieur de la région pour analyse, ce qui occasionne un délai supplémentaire de 24 heures pour obtenir le résultat d’un test. Même si dans certains cas, l’attente peut être plus longue, le CISSSO assure que le délai moyen avant la réception d’un résultat demeure plutôt stable.«Sachez que c’est la généralité, c’est 24h qui s’ajoutent, donc 72 heures à partir du prélèvement, en temps normal», a ajouté Mme Rondeau. 

Elle précise néanmoins que le nombre de tests de dépistages effectués a augmenté depuis la semaine de relâche, ce qui pourrait expliquer en partie le délai dans certains cas.

***

À LIRE AUSSI: Bilan québécois de la COVID-19 du 17 mars