Un arceau fabriqué par des imprimeurs 3D de l'équipe régionale de l'Outaouais de COVID-3D-QC.
Un arceau fabriqué par des imprimeurs 3D de l'équipe régionale de l'Outaouais de COVID-3D-QC.

COVID-19: des arceaux et des visières fabriqués en Outaouais

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Depuis environ un mois, plus d’une vingtaine d’imprimeurs 3D de l’Outaouais consacrent temps et énergie à lutter contre la COVID-19. Pour s’y faire, ils fabriquent des visières et des attaches pour les masques bénévolement afin d’approvisionner les travailleurs de première ligne de la région pour qui ce type d’équipement de protection est essentiel.

Hebdomadairement, ce sont des centaines d’arceaux et de visières qui sont confectionnés par les imprimeurs 3D de l’équipe régionale de l’Outaouais de COVID-3D-QC. Ce regroupement provincial a vu le jour le mois dernier avec pour but de contrer la pénurie généralisée d’équipement médical en lien avec la COVID-19 au Québec.

« Ça varie un peu d’une semaine à l’autre, mais la semaine dernière, on a produit 790 arceaux et visières », indique la coordinatrice régionale pour l’Outaouais de COVID-3D-QC, Geneviève Charland.

Récemment, le regroupement régional de COVID-3D-QC en Outaouais a également fourni 500 visières à la Coopérative des paramédics de l’Outaouais.

« Nous avons aussi beaucoup de demandes de la part des pharmacies, des dentistes, des infirmières et des CHSLD », ajoute Mme Charlrand en qualifiant les imprimeurs 3D du regroupement de véritables « héros ».

« Sans eux [les imprimeurs] et leurs passions pour les nouvelles technologies, nous ne serions pas en mesure de fournir ces visières et ces attaches », concède-t-elle.

Une fois les arceaux imprimés, ils sont envoyés à la clinique Orthèses MJ de l'orthésiste Nathalie Anglehart, qui s’occupe de l’assemblage et de la finition du produit pour augmenter son confort.

« On veut vraiment que les gens soient confortables lorsqu’ils portent nos visières », mentionne Geneviève Charland.

L'orthésiste Nathalie Anglehart en compagniedes bénévoles Anie Gagnon et Louise Clément

Pénurie

La pénurie de matériel vient cependant compliquer la production de ces deux types d’équipement.

« La plupart des fournisseurs de matière première n’ont plus rien en stock, explique Mme Charland. Chacun des imprimeurs 3D, que ce soit ici ou ailleurs au Québec, a déboursé un certain montant provenant de sa poche, pour acheter sa machine et des filaments en plastique pour imprimante 3D, par exemple. »

Deux points de dépôt ont d’ailleurs été installés à Gatineau où les résidents peuvent se rendre s’ils désirent faire un don de matériel à ces imprimeurs. L’un se situe au 124 rue De Bromont et l’autre au 41 rue Dumas.

« On est à la recherche de n’importe quel plastique qui pourrait être utilisé pour faire des visières, affirme Mme Charland, mais nous avons grandement besoin de plastique PETG puisque c'est le plastique qu'il faut pour le personnel médical. On est également à la recherche d’élastiques en caoutchouc et d’élastiques de couture et de filament pour imprimante 3D (PLA 1.75 mm et PETG 1.75 mm) pour pouvoir continuer notre production. »

Appel à tous

Afin d’augmenter la capacité de production d’arceaux et de visières, la coordinatrice régionale de l’Outaouais lance également un appel à tous aux imprimeurs 3D de la région — même en Ontario — ainsi qu’aux graveurs au laser CO2.

« On a besoin d’eux et de leurs talents en impression 3D, insiste-t-elle. Les graveurs peuvent eux aussi nous aider avec la production d’attaches et de visières. »

Par ailleurs, Geneviève Charland a tenu à remercier «tous les autres imprimeurs 3D de la région», ainsi que la la Commission scolaire des Draveurs, qui a prêté la majorité des imprimantes 3D de ses écoles secondaires, primaires et du centre administratif à des employés qui les opèrent bénévolement pour COVID-3D-QC.

***

Pour plus de renseignements, visitez le site Web bilingue de COVID-3D-QC, ici.