La protectrice du citoyen Marie Rinfret et son assistant Claude Dussault, à Québec, le 26 septembre 2019
La protectrice du citoyen Marie Rinfret et son assistant Claude Dussault, à Québec, le 26 septembre 2019

COVID-19 dans les CHSLD: la protectrice du citoyen enquêtera

La multiplication des décès et des foyers de contagion dans les milieux d’hébergement pour aînés inquiète la protectrice du citoyen, Marie Rinfret, qui fera la lumière sur la réponse du gouvernement et du réseau de la santé à la crise de la COVID-19 dans ces établissements.

«Alors que les CHSLD sont frappés de plein fouet par la COVID-19, le Protecteur du citoyen est très préoccupé par la situation des personnes âgées hébergées dans plusieurs milieux de vie collectifs, et s’inquiète des mesures prises pour assurer leur sécurité et leur bien-être. 

«La multiplication des décès et des foyers de contagion mène à des constats alarmants quant à la capacité des milieux d’hébergement à faire face à la pandémie dans un contexte où même les soins de base ne sont pas toujours assurés», peut-on lire dans un communiqué diffusé mardi matin par le bureau du Protecteur du citoyen.

Dans une déclaration écrite, Marie Rinfret rappelle que «la crise actuelle se déroule dans des milieux de vie collectifs déjà fragilisés et où se manifestent des problèmes connus et souvent dénoncés par le Protecteur du citoyen». 

Parmi ces problèmes: un manque criant de personnel, des conditions de travail difficiles en raison de cette pénurie, un fort taux de roulement des préposés aux bénéficiaires et un suivi insuffisant des milieux privés par le réseau public, énumère la protectrice du citoyen.

L’enquête systémique permettra notamment d’identifier les améliorations requises dans les milieux de vie collectifs pour aînés, en fonction du déroulement de la crise et des fragilités déjà connues, de même que les mesures à mettre en place afin de mieux faire face à une situation pandémique future ou à toute autre crise majeure similaire.

Pour Marie Rinfret, le Québec doit offrir «en tout temps» des services qui répondent aux besoins de ses aînés. 

«Il a aussi l’obligation de mieux se préparer à faire face à d’éventuelles crises de l’envergure de celle que nous vivons afin de protéger les droits des citoyens et des citoyennes qui ont bâti le Québec et qui continuent de faire partie de ce qu’il devient et de ce que nous devenons», souligne la protectrice du citoyen. 

L’enquête devrait être complétée pour l’automne 2021, mais un rapport d’étape sera déposé l’automne prochain.