Le Droit
L’imposition d’un couvre-feu jusqu’au 8 février et le prolongement pour un autre mois de la fermeture des commerces non essentiels, le tout afin de ralentir la progression de la COVID-19, continueront à faire mal à l’économie en Outaouais, mais aussi l’équilibre mental des gens qui, pour beaucoup, est déjà fragilisé.
L’imposition d’un couvre-feu jusqu’au 8 février et le prolongement pour un autre mois de la fermeture des commerces non essentiels, le tout afin de ralentir la progression de la COVID-19, continueront à faire mal à l’économie en Outaouais, mais aussi l’équilibre mental des gens qui, pour beaucoup, est déjà fragilisé.

COVID-19 : un couvre-feu qui pourrait en brûler certains

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
L’imposition d’un couvre-feu jusqu’au 8 février et le prolongement pour un autre mois de la fermeture des commerces non essentiels, le tout afin de ralentir la progression de la COVID-19, continueront à faire mal à l’économie en Outaouais, mais aussi l’équilibre mental des gens qui, pour beaucoup, est déjà fragilisé.