Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Après avoir fait 49 morts sur son passage, la COVID-19 a finalement quitté le CHSLD Saint-Antoine, où on ne compte non seulement plus d’éclosion, mais surtout aucun cas actif du virus.
Après avoir fait 49 morts sur son passage, la COVID-19 a finalement quitté le CHSLD Saint-Antoine, où on ne compte non seulement plus d’éclosion, mais surtout aucun cas actif du virus.

Après 49 décès et 263 infectés, plus aucun cas de COVID-19 au CHSLD Saint-Antoine

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Le Soleil
Article réservé aux abonnés
Après avoir fait 49 morts sur son passage, la COVID-19 a finalement quitté le CHSLD Saint-Antoine, où on ne compte non seulement plus d’éclosion, mais surtout aucun cas actif du virus.

Une éclosion s’était déclarée entre les murs du centre d’hébergement de soins de longue durée le 10 décembre dernier. Deux cas avaient alors été rapportés, à peine quatre jours avant le début de l’opération massive de vaccination.

Le CHSLD Saint-Antoine faisait partie des premiers établissements au pays où la clientèle vulnérable a pu recevoir le vaccin.

Les premiers vaccins aux pays ont été administrés au CHSLD Saint-Antoine. Déjà au moment de la réception du vaccin, mi-décembre, 11 aînés et 13 travailleurs étaient atteints par le virus.  

En pénétrant le CHSLD situé dans l’arrondissement Duberger-Les Saules, la COVID-19 est rapidement devenue une éclosion majeure qui a fait des ravages. Un total de 263 usagers et employés ont été infectés.

Sur 195 résidents, 167 d’entre eux ont reçu un diagnostic positif à la maladie en l’espace d’un mois et demi. C’est plus de 85% de la population aînée qui y habite.

Les travailleurs n’ont pas non plus été épargnés par le virus, alors que 96 sur 247 ont été contaminés, une proportion de 39% de tout le personnel y étant employé.

L’un d’entre eux a même perdu la vie. Le préposé aux bénéficiaires Oscar Anibal Rodriguez, 58 ans, reste le seul employé du réseau de la santé de la région de Québec à avoir succombé à des complications liées à la COVID-19, le 2 janvier dernier. 

À LIRE AUSSI: CHSLD Saint-Antoine: un premier employé du CIUSSS meurt de la COVID-19 

Il fait par ailleurs partie des 49 victimes décédées à cause du virus au CHSLD Saint-Antoine.  

Le préposé aux bénéficiaires Oscar Anibal Rodriguez, 58 ans, reste le seul employé du réseau de la santé de la région de Québec à avoir succombé à la COVID-19. 

L’éclosion, qui figure parmi les plus importantes à être survenues dans la Capitale-Nationale, s’est finalement résorbée le 25 janvier dernier.

Toutefois, la Direction régionale de santé publique dénombrait encore vendredi dernier des cas actifs possiblement non-reliés à l’éclosion en question. Pour éviter que la contamination ne se poursuive, ces derniers porteurs du virus ont été déplacés vers un centre de convalescence de la région, indique la porte-parole du CIUSSS de la Capitale-Nationale Mélanie Otis.

Bilan régional

Comme au CHSLD Saint-Antoine, les milieux d’hébergement pour aînés sont de moins en moins nombreux à recenser des cas actifs de COVID-19. Les éclosions, de façon générale, sont d’ailleurs en diminution dans la Capitale-Nationale, à l’exception de celles qui surviennent dans les écoles ou les milieux de garde. Le nombre de cas est lui aussi en baisse.  

Les régions de Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches enregistraient presque le même nombre de nouveaux cas, mardi. L’une rapportait 41 infections supplémentaires, l’autre, 42.

Les régions de Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches enregistraient ensemble 83 nouveaux cas de COVID-19, mardi. 

Dans la Capitale-Nationale, la semaine a débuté comme elle a fini il y a quelques jours, c’est-à-dire avec des bilans avoisinant une quarantaine de nouveaux cas par jour. Cela fait par ailleurs sept jours que la région n’a pas franchi la barre des 50 cas quotidiens.

Jusqu’à 21 788 personnes ont contracté la COVID-19 sur ce territoire depuis le mois de mars et 955 en sont décédées.

Dépistage préventif dans une école de Chaudière-Appalaches

Si la Capitale-Nationale voit son nombre de cas grimper de façon constante depuis trois jours, la région de Chaudière-Appalaches observait pour sa part un rebond.

Selon les plus récentes données du gouvernement du Québec, la région au sud du fleuve recensait mardi plus du double de nouvelles infections que la veille, où seulement 15 s’étaient ajoutés au cumul.

Le nombre d’éclosions est là aussi en voie de se stabiliser, sauf dans les écoles, où on en compte de plus en plus.

Un dépistage préventif se déroulera le 10 février auprès des élèves de l’école l’Accueil de Scott et leur famille, alors que 20 cas positifs ont été déclarés depuis le 1er février dernier. Même si les membres du personnel ont déjà été dépistés la semaine dernière, la Direction régionale de santé publique les invite à refaire le test.

Chaudière-Appalaches dénombre désormais 11 342 cas confirmés depuis le début de la pandémie, de même que 275 décès, en augmentation d’un depuis lundi.

La personne décédée résidait à la résidence pour aînés L’Aube-Nouvelle à Saint-Victor, le seul milieu d’hébergement en éclosion à enregistrer de nouveaux cas dans le plus récent bilan régional.

EN BREF

Capitale-Nationale

  • 41 nouveaux cas confirmés, pour un total de 21 788 depuis le début de la pandémie
  • 955 décès (+1)
  • 20 300 personnes guéries
  • 60 personnes hospitalisées (+1), dont neuf aux soins intensifs
  • 533 cas actifs
  • 50 éclosions actives
  • 26 456 doses du vaccin administrées (+534)

Chaudière-Appalaches

  • 42 nouveaux cas confirmés, pour un total de 11 342 depuis le début de la pandémie
  • 275 décès (+1)
  • 10 713 personnes guéries
  • 19 personnes hospitalisées (statu quo), dont six aux soins intensifs
  • 384 cas actifs
  • 58 éclosions actives
  • 10 841 doses du vaccin administrées (statu quo)