Le premier ministre Ford n'a pas réussi à convaincre son homologue François Legault de l'importance de l'application Alerte COVID.
Le premier ministre Ford n'a pas réussi à convaincre son homologue François Legault de l'importance de l'application Alerte COVID.

Application de traçage des cas de COVID-19: Ford n’a pas pu convaincre Legault

Émilie Pelletier
Émilie Pelletier
Initiative de journalisme local — Le Droit
Le premier ministre ontarien Doug Ford avait promis de demander à son « bon ami » François Legault, premier ministre du Québec, pourquoi il ne veut pas de l’application Alerte COVID, qui avertit les utilisateurs s’ils ont été à proximité de personnes atteintes de la COVID-19. Il a eu sa réponse, mercredi.

Le partage potentiel des données personnelles et le respect de la vie privée des utilisateurs posent des inquiétudes, notamment chez les partis d’opposition à l’Assemblée nationale, a répondu le premier ministre québécois François Legault, questionné à ce sujet en conférence de presse. 

Le premier ministre québécois a toutefois souligné qu’il réévaluera la question dans les mois à venir, sans donner plus de détails.

Le premier ministre ontarien Doug Ford avait promis, la semaine dernière, qu’il avait l’intention de convaincre M. Legault de faire l’essai de cette application de traçage des cas de COVID-19, assurant qu’il s’agit d’un outil sécuritaire que plus de 2 millions d’Ontariens ont téléchargé. 

« On se voit pour souper la semaine prochaine, je vais lui demander quel est le raisonnement derrière cette décision qui me semble irrationnelle », avait insisté M. Ford. 

Ce dernier s’était aussi dit inquiet, puisque plusieurs Québécois se déplacent en Ontario, et vice-versa. 

Le premier ministre Ford n’a toutefois pas insisté davantage en conférence de presse, mercredi. 

L’application mobile, conçue en Ontario, a été lancée par Santé Canada à la fin du mois de juillet, et est offerte partout au pays. Or, seuls les Ontariens peuvent l’utiliser pour l’instant.