Des stations de ski de la région subissent les contrecoups de la pandémie de la COVID-19.
Des stations de ski de la région subissent les contrecoups de la pandémie de la COVID-19.

COVID-19: les centres de ski touchés

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Même si le sport se pratique à l’extérieur, les stations de ski ressentent elles aussi les effets de la pandémie du coronavirus.

Dimanche après-midi, le gouvernement du Québec a demandé à ce que les différents centres de ski de la province cessent leurs activités afin de contenir le plus possible la propagation de la COVID-19.

À Camp Fortune, à Chelsea, une baisse importante de l’achalandage avait notamment été observée en fin de semaine.

« On parle d’environ 50 % à 60 % moins de monde qu’à l’habitude, souligne le copropriétaire de la montagne, Peter Sudderman. C’est un monde complètement différent en fin de semaine que celui dans lequel on vivait la semaine dernière. La fin de semaine passée, nous n’avions pas d’inquiétudes sérieuses à ce sujet, mais là, la situation a complètement changé. On suit les protocoles des autorités gouvernementales, autant au fédéral qu’au provincial. »

Avec la récente annonce du gouvernement Legault, il ne serait pas surprenant de voir la saison de ski alpin prendre fin. « Si on doit fermer pour des semaines, ça mettra probablement un terme à notre saison de ski, qui se termine habituellement en avril », laisse tomber M. Sudderman.

Rappelons que la station de ski Mont-Tremblant avait pris la décision de fermer ses pentes aux skieurs pour une durée indéterminée dimanche. L’entreprise américaine Alterra Mountain, qui gère les opérations de 15 centres de ski en Amérique du Nord — dont Mont-Tremblant —, en avait fait l’annonce samedi soir.