Haut lieu de contemplation et d’adoration, le couvent des Servantes de Jésus-Marie qui occupe le paysage depuis plus d’un siècle dans le Vieux-Hull, sur la rue Laurier, est sur le point de changer de vocation.
Haut lieu de contemplation et d’adoration, le couvent des Servantes de Jésus-Marie qui occupe le paysage depuis plus d’un siècle dans le Vieux-Hull, sur la rue Laurier, est sur le point de changer de vocation.

Couvent des Servantes de Jésus-Marie: à la CCN de jouer

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Haut lieu de contemplation et d’adoration, le couvent des Servantes de Jésus-Marie qui occupe le paysage depuis plus d’un siècle dans le Vieux-Hull, sur la rue Laurier, est sur le point de changer de vocation. La quarantaine de religieuses déménagées dans leur nouvelle résidence du boulevard Mont-Bleu, il revient maintenant à la Commission de la capitale nationale (CCN) d’assurer l’avenir de ce vénérable bâtiment.

Acheté par le fédéral en 2016 au coût de 7,8 millions $ - un million de dollars en dessous de l’évaluation municipale - le couvent a déjà fait l’objet d’une consultation publique, en 2018, afin d’y trouver une nouvelle vocation respectueuse de son passé. L’immeuble a été inscrit en août 2019 au Bureau d’examen des édifices fédéraux du patrimoine, mais son nom n’apparaît pas encore au registre.

À l’origine, la CCN devait déterminer les nouveaux usages de l’immeuble et lancer des appels d’offres pour trouver un occupant au printemps 2019. Le report, l’an passé, du déménagement des soeurs et l’épidémie de COVID-19 ont mis du sable dans l’engrenage et ont eu pour effet de retarder le processus. «Les prochaines étapes pour la CCN se concluront par une location effective de la propriété qui servira une vocation en concordance avec son caractère patrimonial, les plans et les objectifs de la CCN, a précisé Jean Wolff, gestionnaire principale des communications. Il n’y a pas encore eu d’appel d’offres ou de publicité spécifique, mais la CCN a déjà reçu au moins une sollicitation sérieuse.»

La CCN a déjà brossé les grandes lignes de ses intentions futures pour le couvent. Tant le bâtiment de 80 pièces que le terrain de 8700 m2 doivent être intégrés au parc Jacques-Cartier. Les Servantes de Jésus-Marie et la très grande majorité des participants à la consultation de 2018 ont dit souhaiter que la CCN priorise l’accès public, la collectivité et le respect du patrimoine dans la suite des choses. Les 2/3 des gens consultés ont proposé un usage culturel, artistique et éducatif. L’idée de convertir l’ancienne demeure des religieuses en hôtel ou en espace à bureaux n’a reçu que très peu d’adhésion.

Pas les idées qui manquent

Près de 1000 participants ont répondu au sondage de la CCN sur l’avenir du couvent. Il a été question d’un musée régional de l’Outaouais, d’ateliers et de galeries d’art, d’usages communautaires comme une bibliothèque, un centre jeunesse ou de personnes âgées ou encore d’un lieu de retraite à l’image du projet développé pour le couvent des Augustines, à Québec.

Les Servantes de Jésus-Marie ont aussi soulevé l’idée d’utiliser la petite chapelle attenante au couvent, construite en 1926, comme salle de spectacle pour de la musique classique ou folklorique. Elles ont aussi démontré un enthousiasme particulier pour des usages à l’intention des enfants et des adolescents. L’important à leurs yeux, c’est que l’histoire, l’esprit des lieux et l’architecture du bâtiment soient respectés. La CCN projette aussi des aménagements autour du couvent, notamment pour améliorer le couvert forestier du site et l’herbier aquatique de la rivière des Outaouais près des berges. La partie arrière du stationnement situé au sud du couvent est appelée à être transformée en parc afin d’assurer la connectivité avec le parc Jacques-Cartier. L’autre stationnement au Nord pourrait être transformé en stationnement souterrain. La CCN jongle aussi avec l’idée d’agrandir le couvent, mais la proposition a été accueillie avec beaucoup de scepticisme en 2018.