La construction d’un abattoir spécialisé à Shawville devrait créer dix emplois dans le Pontiac.

Coup de pouce pour le Pontiac

Québec contribuera à un projet de 3,5 millions $ qui devrait entre autres permettre à la compagnie Abattoir les viandes du Pontiac de percer le marché halal.

Le ministre André Fortin et le député Will Amos étaient à Shawville, lundi matin, pour annoncer une aide financière totalisant 736 200 $ pour la construction d’un abattoir devant mener à la création de dix emplois dans le Pontiac.

Le projet, qui « s’inscrit dans les objectifs du Groupe tactique d’intervention économique de la MRC de Pontiac », profitera d’une somme de 36 200 $ pour les travaux préparatoires et d’un prêt gouvernemental de 700 000 $ provenant du programme ESSOR pour la construction de l’abattoir.

L’instigateur du projet, Alain Lauzon, a confié que l’idée lui est venue il y a une dizaine d’années, lorsqu’un précédent projet d’abattoir coopératif s’est soldé par un échec. « Ça fait cinq ans » que M. Lauzon a réellement entamé les démarches pour la concrétisation de son plan.

« L’agroalimentaire, ce n’est pas un domaine facile », dit celui qui espère voir les premiers coups de pelle dès le mois d’avril.

Alain Lauzon aurait bien aimé installer l’abattoir de 8000 pieds carrés sur le terrain de sa ferme de moutons, à Quyon, mais c’est finalement au 65, route 148, à l’entrée de Shawville, qu’il devrait ouvrir ses postes en novembre prochain.

L’entrepreneur vise, au départ, abattre une soixantaine de bœufs et de 75 à 80 agneaux ou chèvres par semaine. Des services seront aussi offerts aux chasseurs pour l’orignal et le chevreuil, a précisé M. Lauzon.

Le futur abattoir sera en mesure de produire de la viande halal, ce qui signifie qu’aucun porc n’entrera dans le bâtiment. Ce marché devrait représenter environ la moitié de sa production. « Il y a une demande pour ça, c’est prouvé, affirme M. Lauzon. [...] C’est juste la manière d’abattre et les coupes qui sont différentes. Ça nous permettait de nous trouver une niche, d’avoir une spécialisation par rapport aux autres. »

Des démarches sont déjà en cours avec Emploi Québec afin de trouver et former dix travailleurs pour l’abattoir. Alain Lauzon note que l’immeuble sera construit de manière à ce qu’il puisse s’agrandir facilement. « On vise d’avoir un plus grand nombre de jours d’abattage dans cinq ans, donc on aurait autour de 30 employés », a exposé l’entrepreneur.

Selon le ministre Fortin, l’abattoir permettra de « dynamiser l’économie locale » de la région qu’il représente à l’Assemblée nationale. Le communiqué gouvernemental note que « l’Abattoir les viandes du Pontiac vise le marché des viandes halal de l’Ouest québécois, de l’Est ontarien et de la région de Montréal ».