C’est dans ce bateau de croisière, le Diamond Princess, qu’un couple de Gatinois et quelque 3000 autres passagers sont maintenus en quarantaine à la suite d’une éclosion de coronavirus à bord. Le navire est ancré au port de Yokohama, au Japon.
C’est dans ce bateau de croisière, le Diamond Princess, qu’un couple de Gatinois et quelque 3000 autres passagers sont maintenus en quarantaine à la suite d’une éclosion de coronavirus à bord. Le navire est ancré au port de Yokohama, au Japon.

Coronavirus: deux Gatinois confinés dans un paquebot en quarantaine

Les enfants d’un couple de Gatineau prisonnier d’un bateau de croisière en quarantaine au large des côtes du Japon s’inquiètent pour la santé de leurs parents à la suite d’une épidémie de coronavirus dans le navire.

Chantal Ménard, fille de Diane et Bernard Ménard, a indiqué au Téléjournal Ottawa-Gatineau de Radio-Canada mercredi soir que la croisière que ses parents effectuent « est un voyage de rêve qui se termine en cauchemar ».

Les septuagénaires sont confinés dans leur chambre et ils n’ont pas de balcon pour pouvoir prendre de l’air frais, a précisé Mme Ménard en entrevue avec le chef d’antenne Mathieu Nadon. Les repas sont livrés à la porte de leur cabine, et ils n’ont pas le choix d’un menu.

« On est très inquiets pour eux. Quand on fait du FaceTime, on voit dans leur visage le découragement, les traits tirés. Ils sont découragés et ils veulent sortir de là », a indiqué Chantal Ménard, qui souhaite voir l’intervention du fédéral pour ramener ses parents au Canada.

Dix personnes ont été déclarées positives pour le virus à la suite d’une première phase du contrôle de santé de tous les passagers et membres d’équipage à bord du Diamond Princess, mais aucune d’entre elles n’était canadienne, a indiqué un communiqué de la compagnie Princess Cruises, mercredi. Jeudi, le ministère de la Santé du Japon a signalé que dix nouveaux cas de passagers infectés avaient été répertoriés, a précisé l’Agence France-Presse. Le paquebot transporte 2666 passagers et 1045 membres d’équipage.

Deux cent cinquante et un Canadiens sont à bord du bateau.

Couvert de la tête aux genoux par de grands draps blancs, les dix premières personnes infectées ont été dirigées par des fonctionnaires gantés et masqués sur des navires de la Garde côtière, pour être emmenées vers la rive, puis transportées dans des hôpitaux locaux.

« Voir des malades se faire évacuer, ça les inquiète. Ils ont peur d’être contaminés eux aussi », a expliqué Mme Ménard sur les ondes du diffuseur public.

Le navire demeurera en quarantaine pendant 14 jours à Yokohama, a précisé le communiqué du croisiériste.

Coronavirus: un bateau de croisière en quarantaine

« Ma mère nous a dit ce matin (mercredi) que c’était seulement la première journée de quarantaine, et qu’elle voyait mal comment elle allait passer les 13 autres jours », a partagé Chantal Ménard, qui est en communication avec ses parents chaque jour.

Mme Ménard avait épuisé mercredi ses médicaments pour le diabète. La sœur de Chantal, Isabelle, a communiqué avec le consulat pour tenter de leur faire parvenir des médicaments. Le couple Ménard a aussi contacté l’infirmerie du bateau en glissant des papiers sous la porte, a-t-on pu apprendre lors de l’entrevue.

L’épidémie virale qui a commencé en Chine a jusqu’à présent infecté plus de 24 500 personnes dans le monde, avec 490 décès signalés dans la province du Hubei, épicentre de la maladie, et un à Hong Kong.

Plus de 1800 personnes sur un autre bateau de croisière ont été examinées à Hong Kong après que trois passagers d’un voyage précédent eurent reçu un diagnostic positif pour le virus.

Les dix personnes infectées sur le bateau sur lequel les Ménard sont incluent deux Australiens, trois Japonais, trois personnes de Hong Kong, un Américain ainsi qu’un membre d’équipage philippin, selon le communiqué.

Avec La Presse canadienne