Les employés du Droit ont appuyé à l’unanimité mercredi soir le plan d’affaires axé sur un modèle coopératif pour la relance des journaux du Groupe Capitales Médias.

Coopérative du quotidien Le Droit: unanimité sur le plan d’affaires

Les artisans du quotidien Le Droit ont voté à l’unanimité pour le plan d’affaires axé sur le modèle coopératif qui a été présenté mercredi soir à l’ensemble des employés du Groupe Capitales Médias (GCM) et qui sera déposé pour appuyer l’offre d’achat des six journaux du réseau.

Le contenu du plan d’affaires demeure confidentiel pour des raisons de concurrence. Il définit le projet de relance sous le modèle coopératif sur lequel un comité provisoire composé de représentants de chaque journal travaille depuis que GCM s’est placé à l’abri de ses créanciers au mois d’août.

Le président du Syndicat des travailleurs de l’information du Droit (STID) et membre du comité provisoire, Patrick Duquette, était évidemment satisfait de la décision des employés.

« Je pense que les gens ont bien saisi que c’est peut-être avec un projet de coopérative que leurs conditions de travail et leur emploi étaient les mieux préservés dans les circonstances. Je pense que c’est un plan viable qui assure notre avenir à long terme », a-t-il partagé.

Cette même solidarité s’est transposée chez les employés des cinq autres quotidiens de GCM qui ont eux aussi endossé le plan d’affaires.

« Si notre offre est retenue, nous pourrons aller de l’avant avec la formation de coopératives de solidarité dans chaque journal, qui seront desservies par une coopérative de producteurs », a précisé M. Duquette.

Jusqu’à présent, quatre acheteurs potentiels, incluant le projet de coopératives, ont manifesté leur intérêt au syndic PricewaterhouseCoopers pour la relance des journaux de GCM. Les offres finales devront être déposées au mois de novembre. L’approbation par la Cour supérieure d’un ou des acheteurs est aussi prévue en novembre.

Objectif dépassé

Par ailleurs, la campagne de contributions volontaires pour le démarrage de la coopérative Le Droit a maintenant atteint 1 176 500 $, dépassant de plus de 175 000 $ l’objectif initial de 1 million $.

Rappelons que le syndicat de la rédaction s’est engagé à injecter la somme de 100 000 $ dans le projet de coopérative de solidarité pour sauver le quotidien, une décision approuvée à l’unanimité. Le Droit compte 67 employés à temps complet et surnuméraires.

En difficultés financières, le Groupe Capitales Médias qui englobe Le Droit, Le Soleil (Québec), Le Nouvelliste (Trois-Rivières), Le Quotidien (Saguenay), La Tribune (Sherbrooke) et La Voix de l’Est (Granby) s’est placé sous la protection de la Loi sur l’insolvabilité et la faillite au mois d’août. Le gouvernement du Québec, par l’entremise d’Investissement Québec, a accordé une aide financière de cinq millions $ en août afin de permettre une période de transition jusqu’à la fin de la présente année.

Les employés des six journaux ont lancé plus tôt en octobre la campagne « Je coopère pour mon journal » afin de solliciter l’appui du public et des entreprises dans la relance de l’entreprise.

GCM traîne des créances approximatives de 26 millions $ et plusieurs millions de déficit actuariel des régimes de retraite.

Le groupe compte quelque 350 employés permanents.