L'ex-président de la FTQ, Michel Arsenault

Commission Chamberland : Arsenault était indigné des fuites de son écoute électronique

Devant la commission d'enquête sur les sources journalistiques, jeudi, l'ancien président de la FTQ, Michel Arsenault, s'est dit révolté lorsqu'il a appris, en 2011, que l'écoute électronique dont il avait été l'objet en 2009 s'était retrouvée entre les mains de journalistes.
C'était «indigne», c'étaient des «méthodes à la Mussolini ou au KGB», s'est-il exclamé, alors qu'il amorçait son témoignage devant la commission d'enquête Chamberland, jeudi matin.
M. Arsenault s'était d'abord plaint à la Sûreté du Québec, en décembre 2011, estimant qu'il s'agissait d'une violation de sa vie privée, puisqu'il n'était accusé de rien.
Comme il n'y avait pas eu de suite à sa plainte, en septembre 2013 il a écrit au ministre de la Sécurité publique d'alors, Stéphane Bergeron, lui demandant formellement d'enquêter sur ces fuites dans les médias.