Shanoukya Fillion-Boulet, employée à la Boîte à grains, nous montre les pots Masson utilisés pour inciter la population de l’Outaouais à se rapprocher d’une consommation zéro déchet en optant pour des produits en vrac.

Comment faire une épicerie zéro déchet ?

Alors que la tendance vers les façons de faire écologiques est de plus en plus populaire, le supermarché la Boîte à grains propose aux citoyens de l’Outaouais de faire leur épicerie en produisant zéro déchet. Une astuce pour y parvenir, commencer un produit à la fois.

« Nous ce qu’on dit aux gens c’est de commencer un produit à la fois  pour changer nos habitudes tranquillement et on y arrive, lance le directeur général de la Boîte à grains, Alexandre Savard. Moi personnellement j’ai fait la transition et je peux vous assurer que je consomme beaucoup moins d’emballages qu’il y a quelques mois. »

Cependant, M. Savard indique que quelqu’un de « très motivé » pourrait changer son habitude du jour au lendemain, même si la tâche risque de s’avérer plus difficile.

« Pour changer une habitude, c’est plus facile de changer morceau par morceau et quand les gens se présentent en magasin, c’est ça qu’on leur explique, indique-t-il. Mais avant tout, il faut comprendre ce qui nous entoure, dans le sens où ce ne sont pas tous les emballages qu’on peut mettre au recyclage. J’ai fait l’analyse de ce qu’on trouve dans nos magasins et parfois, je me surprends de voir les sortes d’emballages que notre industrie utilise parce qu’il y en a beaucoup qui ne sont pas recyclables. Il faut aussi prendre conscience du volume de plastique qu’on envoie au recyclage ou à la poubelle. »

Selon lui, les consommateurs qui courent les supermarchés traditionnels peuvent tout de même réussir à faire une épicerie zéro déchet.

« Les supermarchés élargissent leur inventaire de produits et il y a de plus en plus de vrac, donc c’est possible, mais ça ne sera pas aussi poussé que chez nous », insiste-t-il.

À la Boîte à grains, une nouvelle innovation a été introduite et consiste à mettre à disposition des produits liquides en vrac pour les clients. Au total, ce sont maintenant plus de 200 choix de produits en vrac qui sont offerts aux consommateurs de la région.

« On a différentes variétés d’huile, de vinaigre, de savon à lessive, de savon corporel et aussi du kombucha biologique en fût, précise M. Savard. Ce sont des choses qui sont plus difficiles à trouver normalement. »

Et pour ceux qui disent que c’est trop compliqué ou trop demandant, M. Savard a un message à leur lancer.

« Ce n’est pas plus demandant qu’aller à l’épicerie parce que tu amènes tes pots vides et tu les remplis, affirme-t-il. Aussi, tu n’es pas obligé d’utiliser un pot par aliment. Par exemple, si ton pot de pacanes est vide, tu peux l’amener et y mettre des lentilles dedans sans problème. On offre de l’aide en magasin. »

Reste à voir maintenant si la population de l’Outaouais saura relever ce défi du zéro déchet.