L'enseignante montréalaise Florence Morin a quatre romans à son actif.

Comiccon: des mathématiques à l'artistique

En errant au Comiccon d'Ottawa, on y croise des soldats de l'Empire (stormtroopers), des personnages de bandes dessinées et des superhéros. On y rencontre aussi des créateurs mordus d'imaginaire et de science-fiction comme Florence Morin, une écrivaine et artiste qui, lorsqu'elle n'est pas occupée à concevoir une oeuvre ou à enseigner les mathématiques, fait le circuit des conventions de culture pop pour présenter ses créations.
La femme de 28 ans de Montréal a quatre romans à son actif dans les catégories science-fiction, jeunesse et policier. Elle s'inspire beaucoup de l'actualité et de sujets comme les changements climatiques, l'écologie et la dépendance au pétrole pour écrire ses livres. 
Mme Morin conçoit aussi des dessins numériques de personnages connus (fan art) ainsi que des portraits au crayon de plomb. 
Comment explique-t-elle le lien entre sa passion pour l'art excentrique et la science qu'elle enseigne ?
« Léonard de Vinci était un homme qui savait tout faire. Des gens comme lui m'inspirent beaucoup. Je pense que l'humain est rempli de talents. Il faut essayer de mélanger toutes les sphères, autant dans notre emploi que dans nos passe-temps. Je suis aussi intéressée par les sciences que par les arts », a raconté Mme Morin, qui enseigne le calcul différentiel et intégral au Cégep.
« La démarche de création, la forme, la couleur, l'interprétation sont très importantes pour moi, a-t-elle continué. D'avoir une perspective scientifique, analytique, ça aide à mieux travailler, mieux s'organiser, et ça permet de percevoir les choses différemment. Les sciences et les arts s'entremêlent intimement ».
Mme Morin déplace son kiosque aux conventions de geeks à Montréal, Ottawa et Québec, notamment. 
Comiccon accueille aussi dans son Artist Alley des dessinateurs, des couturiers et des fabricants d'accessoires, entre autres. Jason Rockman, porte-parole du Comiccon d'Ottawa, a précisé que Comiccon tient à accorder une grande place aux artisans.
« On a beaucoup de respect pour ces gens. Dans Artist Alley, les artistes peuvent montrer leurs créations. C'est une belle représentation des talents des gens », a-t-il expliqué.
Comiccon 2017, qui s'est déroulé au Centre EY, aura attiré plus de 42 000 visiteurs au cours de la fin de semaine. Les gens s'y rendent pour socialiser, se replonger dans des souvenirs et des passions de jeunesse, voir des vedettes de films ou séries télévisées et acheter des bandes dessinées de leur superhéros préféré, entre autres.
Il s'agissait de la 6e édition du Comiccon d'Ottawa.