Cette réplique d’un Zéro Tora 101, un avion japonais de la Deuxième Guerre mondiale, a été construite en sol canadien en 1953.

Combat de la Deuxième Guerre mondiale dans le ciel gatinois

Ce n’est pas tous les jours qu’on a la chance d’être témoin d’un combat aérien impliquant un avion de la Deuxième Guerre mondiale.

Les visiteurs de l’édition 2019 d’Aéro Gatineau, qui a eu lieu tout le week-end à l’Aéroport de Gatineau, ont pu profiter d’une simulation de combat impliquant un appareil des Ailes d’Époques du Canada et un modèle japonais, le Zero Tora 101, ayant servi lors de l’attaque sur Pearl Harbor, en 1941. C’est d’ailleurs la première fois que cet appareil survole le ciel gatinois.

« On simule une situation de combat aérien réelle, comme on pourrait le voir en vrai. Je joue un peu le rôle du “méchant” dans cette simulation, comme si j’étais un Japonais lors de la Deuxième Guerre mondiale. Tout est chorégraphié à l’avance, c’est un peu comme un show de danse, mais beaucoup plus dangereux », décrit le pilote américain Doug Anderson, qui est aux commandes du Zero Tora 101.

« On se pourchasse, tour à tour, jusqu’à un certain moment où je laisse échapper de la fumée comme si je m’étais fait tirer dessus, ensuite je m’éloigne de la foule comme si je battais en retraite et que je concédais la victoire. »

Si cela peut sembler effrayant, M. Anderson assure que les pilotes sont si concentrés que la peur se dissipe durant leurs performances. « Personnellement, je n’ai jamais eu peur pendant un spectacle. Il m’arrive cependant d’avoir peur après le show. Nous sommes entraînés pour nous assurer que nous restons en sécurité tout au long de la performance. Même en cas d’urgence, comme un bris de moteur, nous sommes conditionnés à gérer la situation. Il nous est même possible de régler le problème en plein vol pour continuer le spectacle. J’ai déjà été victime de deux bris mécaniques en plein vol et j’ai commencé à réaliser que j’aurais pu y laisser ma peau seulement quelques minutes après avoir atterri. »

Cet appareil en particulier n’a toutefois jamais combattu lors de la Deuxième Guerre mondiale, puisqu’il s’agit d’une réplique exacte construite en sol canadien en 1953.

La réplique appartenait d’abord à l’Aviation royale canadienne de 1953 à 1968, où elle a ensuite été rachetée par la compagnie de production hollywoodienne Twentieth Century Fox.

L’avion a ensuite été utilisé dans le film nippo-américain Tora ! Tora ! Tora ! en 1970 où il a enregistré 197 heures de vol pour le tournage du long métrage. De plus, l’appareil a aussi pris part au tournage de la série américaine Les têtes brûlées qui relate les prouesses de l’escadron Black Sheep durant la guerre du Pacifique.

Pour M. Anderson, piloter ce type d’avion est complètement différent des modèles plus modernes. Étant un pilote aguerri avec près de 30 ans d’expérience qui a piloté toute sorte d’appareils au fil des ans, il souligne que le Zero Tora 101 se manie plus difficilement.

« Ça prend beaucoup plus de finesse pour opérer le moteur de cette bête, car il est plus affecté par les changements de températures ainsi que par d’autres facteurs qui sont un peu hors de notre contrôle. »

« J’ai seulement commencé à piloter ce modèle au début de l’été. L’avion a été acheté par un de mes partenaires, ça fait maintenant un an qu’il nous appartient. Le précédent propriétaire l’a gardé pendant 20 ans et s’est assuré qu’il demeure en bon état. Maintenant c’est à notre tour de continuer d’écrire son histoire. »

Il ajoute que cet appareil a participé à plus de 700 spectacles aériens partout à travers l’Amérique du Nord.