Marc Bertrand et son œuvre.

Classique 100 de la LNH: un rôle emballant pour Marc Bertrand

Marc Bertrand a certes reçu un de ses plus beaux cadeaux de Noël.

L’Ottavien originaire de Saint-Boniface au Manitoba incarne le père Noël professionnellement depuis 16 ans. La Ligue nationale de hockey (LNH) a communiqué avec lui par le biais de son site web Santa Ottawa pour lui proposer de jouer le rôle du joyeux personnage lors des activités entourant la Classique 100 de la LNH qui sera disputée samedi soir entre les Canadiens de Montréal et les Sénateurs d’Ottawa au parc Lansdowne.

M. Bertrand a proposé à la LNH de construire son propre fauteuil avec des bâtons de hockey, ce que l’organisation a accepté d’emblée.

La chaise est à l’image du siège du pouvoir dans la célèbre série télévisée Le Trône de fer. M. Bertrand, un ancien menuisier-charpentier, a utilisé une soixantaine de bâtons usagés qu’il a cueillis dans des arénas de la ville et auprès d’équipes de hockey de l’Université d’Ottawa et de l’Université Carleton. Il a construit la chaise sur un peu plus de deux jours.

« Je vais donner des bonbons, écouter les souhaits des enfants et peut-être même voir des vedettes de la ligue qui prendront des photos. Mais grosso modo, c’est papa Noël qui dira bonjour à tout le monde », a raconté M. Bertrand sur l’aventure qui l’attend au cours du week-end.

La LNH a dit à M. Bertrand qu’elle veut conserver la chaise, une décision qui le ravit.

« C’est incroyable de penser que la Ligue nationale veut garder quelque chose que j’ai fabriqué. Je crois que c’est en raison du caractère historique du 100e anniversaire de la Ligue », a dit Marc Bertrand. Qui ne serait pas impressionné d’avoir la chance de faire partie de quelque chose d’historique comme ça. J’ai sauté sur l’occasion ».

Le père Noël de la LNH sera samedi après-midi à l’intérieur du pavillon Aberdeen où se déroule une foule d’activités en marge du match de hockey de samedi soir entre les Canadiens et les Sénateurs. Il sera de retour à son poste dimanche avant l’affrontement à 15 h entre les Olympiques de Gatineau et les 67 d’Ottawa, toujours sur la glace du parc Lansdowne.

Regardera-t-il les matchs depuis les gradins ? 

« Je vais prendre mon traîneau avec mes rennes et je vais voler par-dessus (le stade) et essayer de regarder ça d’en haut », a-t-il lancé.