Le chemin Paugan est fermé depuis presque deux ans. Les résidents mettent leur sécurité en jeu en contournant la barricade.

Chemin Paugan à Denholm: «Tout le monde est tanné»

Des résidents de la Vallée-de-la-Gatineau mettent leur propre sécurité en jeu en contournant la barricade interdisant l’entrée du chemin Paugan, à Denholm. Cette véritable épine dorsale du nord du réseau routier de l’Outaouais, reliant Denholm à Low, est fermée depuis presque deux ans, lorsqu’un important glissement de terrain a tout détruit. Pour les citoyens et les élus, il est plus que temps de mettre un terme à la « partie de ping-pong » qui semble se jouer entre deux ministères, et entamer d’urgents travaux de réfection. Si rien n’est fait bientôt, prévient le maire de Denholm, Gaétan Guindon, les autorités pourraient avoir des victimes sur la conscience.

« Ça presse ! », lance le maire du village de 572 âmes.

À la fin du mois d’octobre 2017, des pluies diluviennes ont provoqué des inondations et d’importants glissements de terrain en Outaouais,

Une falaise, véritable « morceau de montagne », s’est effondrée sur le chemin Paugan.

Les autorités municipales ont fermé l’artère à contrecœur, coupant le nord de la région en deux.

Contournement

« Tout le monde est tanné », dit le maire Guindon.

« Habitués au danger », des résidents font maintenant fi de l’interdiction de circuler sur ce chemin en contournant la barricade interdisant son accès.

L’habitude est si répandue qu’on peut apercevoir un sentier qui s’est formé sous l’effet du piétinement régulier des passants.

« C’est extrêmement dangereux d’aller là, dit le premier magistrat. Des gens circulent à pied ou même en VTT. Je ne souhaite rien de tout cela, mais la falaise peut encore s’effondrer. Nous avons été très chanceux que personne n’ait été blessé, ou pire. »

Le maire Guindon et les autres préfets de la MRC mettent de la pression sur Québec pour faire débloquer ce dossier, à la veille de ce triste deuxième anniversaire.

« Nous aurons une mort ou un événement tragique sur la conscience. (...) C’est devenu chose courante que d’affronter le danger. Les gens passent par là avec des enfants. Jusqu’ici, la montagne a résisté aux pluies récentes. On a été très chanceux. »

Ping-Pong

Les élus de la MRC de la Vallée-de-la-Gatineau se sentent ballottés entre le ministère des Transports du Québec (MTQ) et le ministère de la Sécurité publique (MSP).

L’ancien gouvernement libéral s’était engagé à rouvrir le chemin en procédant à sa réfection. En janvier 2018, le maire Guindon entrevoyait « une réponse imminente » de Québec.

« Le MTQ nous a dit qu’il pouvait financer 750 000 $, le député de Pontiac (alors ministre des Transports) André Fortin a donné 350 000 $ de son enveloppe discrétionnaire. Le dossier semblait avancer », dit M. Guindon.

Mais les travaux n’ont pas été entamés.

« Les fonctionnaires des deux ministères se chicanent sur ‘qui paie quoi’, lance le maire, dépourvu. On a les plans et devis, mais on ne peut pas faire des appels d’offres parce qu’on n’a pas l’aval des ministères. C’est une vraie saga. On est constamment obligés de reprendre les discussions. Lorsque le nouveau gouvernement est arrivé à Québec, nous étions prêts à lui donner du temps pour s’approprier le dossier. Là, ça fait un an que le gouvernement (de François Legault) est là. Il faut que ça bouge. »

+

Un détour de 45 km

Le chemin Paugan relie les routes 105 à l’ouest, et 307, à l’est. Il s’agit d’un des seuls axes routiers «est-ouest» dans le nord de l’Outaouais.

Lorsqu’il était ouvert, il fallait moins de trente minutes pour se rendre à Low, à partir de Denholm.

Depuis l’automne 2017, il faut mettre une heure pour se rendre «de l’autre côté».

Les conducteurs doivent effectuer un détour de 45 kilomètres, en empruntant par la route 307, vers Val-des-Monts, puis la 366, vers Wakefield, et enfin la route 105, vers Low.

+

Le ministre Lacombe est interpellé pour intervenir dans le dossier

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, n’a pas pu répondre de vive voix aux questions du Droit, plus tôt cette semaine. Par courriel, il a dit « souhaiter évidemment que le tout se règle rapidement », dans le dossier du chemin Paugan.

Le ministre Lacombe a rencontré les élus municipaux, ce printemps.

« J’ai été interpellé récemment par les élus à ce sujet et je comprends leurs préoccupations et leur volonté de faire cheminer le dossier rapidement. Le dossier est toujours sous analyse et je suis le dossier de près. Le ministère des Transports du Québec collabore actuellement avec la municipalité de Denholm. Par ailleurs, je demande aux citoyens ne pas prendre de risques inutiles et de respecter la fermeture du chemin pour des questions de sécurité. »