La municipalité de Chelsea a fait les manchettes cette semaine alors que la police a démantelé une fête dans une maison louée sur Airbnb
La municipalité de Chelsea a fait les manchettes cette semaine alors que la police a démantelé une fête dans une maison louée sur Airbnb

Chelsea veut un resserrement des règles sur la location de résidence à court terme

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
La mairesse de Chelsea est en discussion avec certains de ses homologues pour demander à Québec d’imposer à nouveau une interdiction sur la location de résidence à court terme, comme ce fut le cas lors du confinement de la première vague de COVID-19.

«Lors de la première vague, les locations sur Airbnb n’étaient pas permises. On est dans la zone rouge en ce moment, et les déplacements non essentiels ne sont pas recommandés», a fait valoir Caryl Green en entrevue au Droit, mercredi soir.

La municipalité de Chelsea a fait les manchettes bien malgré elle cette semaine alors que la police a démantelé une fête à laquelle assistaient plus d’une centaine d’étudiants universitaires internationaux venus d’ailleurs au Québec et de l’Ontario.

Quatre-vingt-trois personnes font face à des amendes de 1000 $, plus les frais, en vertu de la Loi sur la santé publique.

La maison où se trouvaient les étudiants avait été louée sur Airbnb.

Rappelons que certaines personnes présentes ont été en mesure de fuir les lieux lorsque la police est intervenue vers 2 h, dimanche, à la suite de plaintes de voisins.


« Je ne suis pas contre les Airbnb, mais il faut qu’ils soient réglementés en cette période de COVID et de zone rouge. »
Caryl Green

«Les résidents veulent vraiment se protéger contre la COVID. Alors si on peut avoir des restrictions sur les Airbnb et les déplacements entre les régions, c’est ce qu’on demande», a continué la mairesse de Chelsea, qui discute de la question avec le caucus des municipalités locales de l’Union des municipalités du Québec.

Les demandes par courriels du Droit à l’endroit du gouvernement du Québec pour avoir une réponse à la suggestion de la Municipalité de Chelsea sont demeurées sans réponse, mercredi soir.

«Je ne suis pas contre les Airbnb, mais il faut qu’ils soient réglementés en cette période de COVID et de zone rouge», a indiqué Mme Green.