Âgé de 27 ans, Francis Desjardins a remporté la finale du Championnat du monde de scrabble classique francophone contre l’Ivoirien Élisée Poka. —

Champion du monde de... scrabble!

Le résident de Saint-Augustin-de-Desmaures Francis Desjardins est devenu le nouveau champion du monde de scrabble classique francophone, le 23 juillet dernier. Le championnat se disputait à La Rochelle, en France.

Âgé de 27 ans, Francis Desjardins a remporté la finale contre l’Ivoirien Élisée Poka. Plus de 80 représentants d’une quinzaine de pays souhaitaient mettre la main sur le titre 2019.

«Je ne m’y attendais pas du tout, je suis surtout un joueur de duplicate. Le côté stratégique est intéressant dans la formule classique, il y a un peu de psychologie qui entre en ligne de compte. On essaie de leurrer l’adversaire à jouer de mauvais coups. C’est un peu ça qui est arrivé en finale, il a fait des erreurs. J’ai mis la pression sur lui et il a mal réagi.» 

Francis Desjardins a participé pour la première fois en 2005, alors qu’il avait seulement 13 ans. 

«Je joue depuis l’âge de 12 ans. J’ai joué pendant quelques mois sur un site Web, et sur ce site-là, il y avait un jeune dans le club de Laval. On a discuté et il m’a dit que je devais venir faire un tour, que j’avais du potentiel. Je suis donc allé jouer avec le club une soirée d’hiver et depuis ce temps-là je suis membre», raconte le champion.

Il s’était d’ailleurs classé troisième au monde en 2018 à Tremblant. 

Deuxième fois champion

Ce n’est pas la première fois que Francis Desjardins monte sur la plus haute marche du podium. En 2011, du haut de ses 19 ans, il avait remporté le titre de champion du monde de scrabble en formule duplicate, à Montreux en Suisse. Dans le monde du scrabble, le duplicate est la catégorie la plus prestigieuse, explique M. Desjardins. 

La Fédération québécoise des clubs de scrabble francophones indique que la formule classique du jeu de scrabble où deux joueurs s’affrontent est la plus connue. Le scrabble duplicate est une variante qui élimine le facteur chance. Chaque scrabbleur dispose de son jeu et des mêmes sept lettres que les autres joueurs. Dans un temps déterminé, les joueurs sont classés en fonction du nombre de points obtenus.

«Le Néo-Zélandais Nigel Richards gagne tout depuis trois ans. Il joue aussi bien que l’ordinateur. Il a appris le dictionnaire de référence, celui qui regroupe tous les mots acceptés au scrabble. Nigel l’a mémorisé en quelques mois, il réussit toujours à trouver les meilleurs mots en quelques secondes et il ne parle même pas français», indique M. Desjardins.

La Fédération note aussi que seuls Francis Desjardins et Nigel Richards peuvent se vanter d’avoir décroché les deux titres francophones, en formule classique et en duplicate. 

L’homme de Saint-Augustin-de-Desmaures devrait être de retour en compétition l’an prochain, pour essayer d’arracher le titre à l’imbattable Richards en duplicate.

«J’ai toujours la même passion. Il faut mettre beaucoup d’heures pour apprendre les mots, ce n’est pas toujours une partie de plaisir. Plus souvent qu’autrement, on apprend les mots bêtement, on ne sait pas ce qu’ils veulent dire. Ce n’est pas très utile, sauf pour le scrabble.»