La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a renchéri en parlant de cette situation frontalière comme étant à la fois un « défi » et une « opportunité », notamment dans les domaines du tourisme et des affaires.

C’est parti pour l’Observatoire

C’est maintenant fait, l’Observatoire du développement de l’Outaouais (ODO) a lancé ses activités.

Jadis un « rêve » pour le directeur de l’ODO, Martin Robitaille, le projet est maintenant devenu réalité, alors que le coup d’envoi de ses activités a été donné, jeudi après-midi, à l’Université du Québec en Outaouais (UQO).

M. Robitaille a rappelé que la mission de l’ODO est « de devenir un espace prépondérant de partage d’information, de recherche et de mobilisation des savoirs et des pratiques sur le développement de la région », et ce dans le but de répondre aux besoins « des décideurs, des organismes du milieu, des intervenants, des entrepreneurs et des citoyens ».

Le recteur de l’UQO, Denis Harrisson, s’est dit particulièrement fier que la subvention de 355 000 $ du Fonds d’appui au rayonnement des régions permette à l’ODO de mettre en place « une concertation entre les acteurs pour mieux connaître les conséquences et saisir davantage les opportunités découlant de la proximité de la région avec Ottawa et la rive ontarienne ».

« Ça, on en parle souvent, a-t-il ajouté. Notre zone frontalière, c’est une force, et parfois c’est une faiblesse. »

La ministre responsable de l’Outaouais, Stéphanie Vallée, a renchéri en parlant de cette situation frontalière comme étant à la fois un « défi » et une « opportunité », notamment dans les domaines du tourisme et des affaires. L’ODO permettra donc de mieux cerner les enjeux à cet égard, estime Mme Vallée.

Outre ce travail sur la situation frontalière de l’Outaouais qui s’échelonnera sur trois ans, l’ODO va se lancer dans une mise à jour et une bonification des outils du Portrait des communautés, un projet pour lequel une contribution de 30 000 $ a été reçue du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais.

L’ODO entreprendra par ailleurs une tournée des différents territoires de la région, ce printemps, afin « d’échanger avec les différents acteurs du développement ».