Le ciné-parc de Templeton, le seul bilingue au pays, avait ouvert ses portes le 19 mai 1974.

C'est la fin pour le Ciné-Parc Templeton

C’est la fin d’une époque à Gatineau alors que les projecteurs des écrans du Ciné-Parc Templeton s’éteignent pour de bon après 45 ans d’opération durant la saison estivale.

Le propriétaire de l’entreprise, Paul Touchet, confirme qu’il a récemment procédé, après une réflexion, à la vente des équipements du ciné-parc. Ceux-ci ont été acquis par la station de ski Belle Neige, située à Val-Morin, dans les Laurentides, qui diversifiera ses activités en exploitant un ciné-parc dès mai prochain. Les installations sont déjà en partie démantelées et déménagées à 180 kilomètres d’ici.

«Ça s’est décidé dans les dernières semaines, mais ça cogitait dans ma tête depuis six mois. Après 45 ans, il était temps de penser à ma retraite comme tout le monde. J’ai hésité longtemps, mais j’ai décidé que c’était la fin. La sagesse m’a conseillé, pour une fois. Je vais passer à autre chose», affirme l’homme d’affaires de 76 ans.

Le ciné-parc, le seul bilingue au pays, avait ouvert ses portes le 19 mai 1974.

«Cette fois, j’ai eu une bonne offre, toutes les conditions étaient réunies. Ce ne sont pas des choses qu’on peut mettre sur le marché et qui se vendent en quelques jours. Je savais que je ne serais pas là éternellement, alors j’en avais glissé un mot à mon fournisseur en disant que j’étais intéressé à étudier les propositions», spécifie M. Touchet.

Au fil des ans, le ciné-parc situé sur le boulevard Maloney Est aura dû se renouveler constamment pour répondre aux exigences de l’industrie. L’un des points tournants, dit son propriétaire, aura été l’investissement de 200 000$ en 2013 pour passer à l’ère numérique. Mais il assure cependant que le commerce a été rentable jusqu’à la toute fin.

«C’était un gros montant, il fallait y penser, mai c’était ça ou on fermait les portes. D’autres avaient d’ailleurs décidé de cesser leurs opérations. C’était un risque à prendre, mais nous, on l’a pris», lance-t-il.

Les derniers films de l’histoire du Ciné-Parc Templeton auront donc été projetés le 2 septembre dernier. Mégalodon et Carnage chez les joyeux touffus étaient au nombre des derniers films présentés aux cinéphiles de la région.

Paul Touchet, propriétaire du Ciné-Parc Templeton

À moyen terme, M. Touchet compte mettre son vaste terrain à vendre.

«Nous ne sommes pas pressés, on verra. Mais il y a déjà des gens intéressés. On va prendre le temps qu’il faut pour analyser les offres», dit-il.

Rappelons qu’une épée de Damoclès a pendu au-dessus du seul ciné-parc dans la région pendant quelques années, la Ville de Gatineau souhaitant acquérir le terrain pour l’intégrer à son parc industriel de l’aéroport.

En 2011, le ciné-parc avait échappé à la fermeture alors qu’un débat sur la question avait eu lieu à la table du conseil, le maire de l’époque Marc Bureau se disant en faveur d’une expropriation alors que le conseiller Yvon Boucher se disait contre. Finalement, une pétition de 3000 signatures avait été déposée et la résolution visant à lancer un «mandat d’acquisition par expropriation» avait été défaite par 9 voix contre 5.

Avec le recul, Paul Touchet dit ne pas être amer envers les événements.

«Ça ne m’a pas aidé, c’est certain, on ne savait pas trop sur quel pied danser. Mais ça faisait partie des affaires. Ils avaient des projets et je n’étais pas en accord. Sauf qu’aujourd’hui, ce n’est pas à cause d’eux que je ferme. J’ai tourné la page, je ne suis pas rancunier envers qui que ce soit», explique-t-il.

Signe que les temps ont bien changé, il ne reste que cinq ciné-parcs à travers le Québec, à Boucherville, Orford, Saint-Eustache, Mont-Saint-Hilaire et bientôt Val-Morin. Du côté ontarien, les ciné-parc les plus près d’Ottawa sont situés près de Smith Falls et à Pembroke.