Cessez de traverser la frontière pour rien, demandent les maires de Gatineau et Ottawa

Les maires de Gatineau et d’Ottawa font un appel conjoint à la population de la grande région de la capitale fédérale et demandent aux citoyens de réduire le plus possible leurs déplacements interprovinciaux.

«Je demande aux gens de l’Outaouais ainsi qu’à nos amis ontariens de réduire au strict minimum les déplacements entre les deux provinces, lance le maire Maxime Pedneaud-Jobin. Faire preuve de solidarité, aujourd’hui, cela veut parfois dire rester chacun chez soi. Ce n’est pas le temps de faire des allers-retours entre la maison et le chalet, ce n’est pas le temps de magasiner loin de chez soi, ce n’est pas le temps d’aller dans des parcs autres que les parcs de proximité. Chaque déplacement implique des arrêts à divers endroits comme des stations d’essence, des épiceries, et j’en passe, ce qui multiplie d’autant les risques de contagion.»

La pertinence de cet appel à la population est devenue évidente cette fin de semaine, alors que des milliers d’Ontariens se sont rués vers le parc de la Gatineau ou vers leur chalet dans les zones plus rurales de l’Outaouais, note le maire de Gatineau. «On veut que les gens prennent ça extrêmement au sérieux, ce qui n’était à l’évidence pas le cas en fin de semaine», ajoute-t-il. 

Le maire Jim Watson lance le même appel à la solidarité régionale. «Nous vous prions de rester à la maison, mais si vous devez traverser la rivière pour aller aider des proches ou des amis, prenez toutes les précautions nécessaires», dit-il. 

Une première étape?

Les autorités vont se donner le temps d’observer l’impact de cet appel des deux maires sur le terrain, mais il n’est pas exclu que les directives se resserrent rapidement si aucun changement n’est observé. 

«On va voir quelle est la réaction des gens et ensuite on verra si on prend d’autres mesures, affirme M. Pedneaud-Jobin. Il y a des centaines d’Ontariens qui travaillent dans nos hôpitaux et quelques centaines de Québécois qui travaillent dans les hôpitaux ontariens. Il faut tenir compte de ça. La frontière ne peut pas être complètement fermée, mais ce qu’on veut c’est réduire les déplacements à l’essentiel. On va regarder ce qui se passe sur le terrain avec nos services policiers et on va évaluer ça au jour le jour.»

Doug Ford

Questionné à ce sujet en point de presse, mardi, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a affirmé avoir discuté du sujet avec son homologue québécois. Il a indiqué que même si les frontières ne sont pas fermées, «si les gens n’ont pas à traverser la frontière, ne traversez pas la frontière». Il a ajouté que la fermeture de la frontière entre le Québec et l’Ontario serait trop difficile à mettre en oeuvre puisqu’elle est trop vaste. Le premier ministre Ford affirme faire confiance à la population.

La question de la frontière entre Ottawa et Gatineau a fait l’objet de question depuis deux jours lors du point de presse quotidien du premier ministre du Québec, François Legault. Dimanche, le directeur national de la santé publique du Québec, le Dr Horacio Arruda, avait souligné que la situation particulière de la grande région de la capitale fédérale devrait être considérée en cas de fermeture des frontières interprovinciales. Le premier ministre Legault a tenu un discours similaire, lundi, en mentionnant que Gatineau et Ottawa forment «une même communauté».

«On veut avoir le moins de déplacements possible d’une région à l’autre à l’intérieur même du Québec, donc c’est certain que de commencer à avoir des gens qui viennent d’autres provinces, ce n’est pas l’idéal, mais il y a une situation particulière à Ottawa-Gatineau», a-t-il dit. La question des déplacement interprovinciaux a aussi été abordée lors de la discussion entre les premiers ministres des provinces et le premier ministre du Canada, lundi soir.