Le candidat à la mairie de Gatineau, Denis Tassé
Le candidat à la mairie de Gatineau, Denis Tassé

Centre-ville: Tassé veut miser sur «l’axe Laurier»

Mathieu Bélanger
Mathieu Bélanger
Le Droit
Gatineau doit miser sur le développement de « l’axe Laurier » et la réalisation de Place des festivals pour relancer son centre-ville, croit le candidat indépendant à la mairie, Denis Tassé.

L’été qui vient de passer est là pour le prouver, a-t-il insisté, jeudi, alors qu’il présentait ses engagements électoraux pour le centre-ville. « L’axe Laurier doit être un axe touristique majeur et s’il faut faire des changements au schéma d’aménagement, on va le faire », a-t-il affirmé. M. Tassé n’entend cependant pas injecter plus d’argent dans ce secteur que ce qui est actuellement planifié. Il prévoit investir 18 millions $ au cours des quatre prochaines années, comme le conseil actuel. Les grandes orientations seraient toutefois modifiées. 

Sans surprise, M. Tassé se range aussi complètement derrière le projet Place des festivals qui fait du surplace depuis des années dans les bureaux de la Commission de la capitale nationale (CCN). Les moyens qu’il entend prendre pour faire avancer ce dossier se résument pour l’instant à la discussion. « Il y a un comité et je veux poursuivre les discussions avec le provincial et la CCN pour que ça bouge, a-t-il dit. Il n’y a eu aucun effort du maire actuel dans ce dossier. Nous, on va poursuivre les discussions. »

Invité à préciser ce qu’il entendait faire dans une éventuelle Place des festivals au parc Jacques-Cartier, le candidat à la mairie est demeuré vague. « De l’animation, des festivals, toutes sortes de choses », a-t-il précisé. 

Une somme de 10 millions $ que M. Tassé affirme être déjà réservée au budget servirait à maintenir et développer des activités d’animation et à saisir des opportunités pour des infrastructures touristiques. Il n’a pas précisé qu’elle partie de cette somme pourrait aller au développement de Place des festivals, ni si une scène permanente y serait aménagée. « Il y a un comité qui va se pencher là-dessus et on va poursuivre avec le travail qui a été fait. »

Le plan de M. Tassé ne prévoit aucun développement sur l’axe culturel Montcalm. Le ruisseau de la Brasserie deviendra un parc urbain où des jeux pour enfants, des espaces de détente et de l’animation légère doivent permettre d’attirer tant les Gatinois que les touristes. Il s’agit d’un projet de 8 millions $.

Pour financer ces travaux, M. Tassé souhaite utiliser les quelque quatre millions $ réservés pour le marché public de la Fonderie et l’enveloppe prévue pour de l’aménagement de surface sur les rives du ruisseau. Le retrait des murs de béton du ruisseau et la décontamination ne font pas partie des plans de M. Tassé à cet endroit. 

Le développement du secteur de la Fonderie serait complètement remis à l’entreprise privée. « La vocation de l’édifice de la Fonderie pourrait demeurer celle d’un marché public », a-t-il indiqué. 

Quant au maintien du généreux crédit de taxe dans le centre-ville, M. Tassé a indiqué qu’il allait regarder cela « en temps et lieu ».

Nouveau pont: « On va en jaser »

Le refus catégorique du maire d’Ottawa d’aller de l’avant avec un nouveau pont à l’est a forcé le candidat à la mairie, Denis Tassé, à préciser, mercredi, comment il allait s’y prendre pour faire fléchir son voisin. 

« Je vais y parler au maire Watson quand je serai maire, a lancé M. Tassé. On va se rencontrer et on va jaser ensemble. Et il ne faut pas oublier que les politiciens ne sont pas là à vie […] et quand ça change, ça peut amener du changement. »

Se défendant de souhaiter la défaite du maire Watson pour faire avancer le projet de sixième pont interprovincial, M. Tassé a par contre rappelé que les deux villes souhaitent travailler ensemble pour l’amélioration du transport en commun. « Ottawa nous dit qu’ils ne veulent plus de nos autobus, moi je dis que leurs autobus viennent aussi de notre côté. Je pense que c’est un échange qu’on doit faire et on doit travailler ensemble. Le maire Watson représente très bien ses citoyens, a-t-il dit. Moi aussi je veux représenter mes citoyens et ils sont dans un bouchon tous les jours. »