La dernière campagne de financement de Centraide Outaouais aidera 61753 personnes.

Centraide Outaouais vient en aide à 61 753 personnes

Près de 62 000 personnes dans le besoin pourront obtenir de l'aide grâce à la campagne de financement 2016 de Centraide Outaouais, a annoncé l'organisme jeudi, dans le cadre de la soirée de clôture de la campagne, au Hilton Lac-Leamy à Gatineau.
Mais pour une sixième fois, l'organisme n'a pas réussi à atteindre son objectif, qui avait été fixé à 65 400 personnes au mois d'octobre dernier.
« On aurait voulu que ce soit plus, c'est certain, indique la directrice générale de Centraide Outaouais, Nathalie Lepage. 61 000 personnes, c'est beaucoup, mais les besoins sont plus grands. Mais il ne faut pas s'arrêter à un chiffre. Je pense que c'est colossal d'avoir amassé autant d'argent et de pouvoir aider autant de gens dans le besoin dans la région. »
« On n'est pas découragé [de ne pas avoir atteint l'objectif]. Je trouve ça déjà miraculeux », souligne le président de campagne sortant, Michel Picard.
Au total, 4 461 529 $ ont été amassés pour arriver à soutenir 61 753 personnes vulnérables.
Cette année, le résultat de la campagne n'est toutefois pas présenté en « montant d'argent », mais plutôt en « nombre de personnes aidées ».
« On a décidé de quantifier les gens qu'on aide. Parce que c'est les humains qu'on aide, d'abord », explique M. Picard.
« Le nombre de personnes aidées, pour moi, c'est plus symbolique de ce qu'est Centraide et de ce que l'organisme fait, plutôt qu'un objectif monétaire qu'on amasse, ajoute Mme Lepage. On veut que les gens réalisent que l'argent amassé, c'est un levier pour pouvoir faire des choses en communauté et aider les gens non seulement à manger, mais aussi à sortir du cycle de la pauvreté, pouvoir se trouver un emploi, retourner à l'école, prendre leur destinée en main. »
Prochaine campagne
Même si l'objectif n'a pas été atteint cette année, Centraide Outaouais ne perd pas espoir pour l'année prochaine.
« Moi, dans ma tête, on va atteindre l'objectif. Ce n'est pas juste en Outaouais que c'est difficile, c'est difficile à Ottawa et ailleurs au pays, déclare Mme Lepage. Il y a des changements qui s'en viennent. On cherche à se moderniser, à avoir des outils plus technologiques pour répondre aux nouvelles réalités. Et on veut recentrer notre travail sur le donateur, l'individu, pour pouvoir le sensibiliser, le toucher et le fidéliser, surtout, pour qu'il continue de donner. »
Le président des deux dernières campagnes annuelles, M. Picard, cède sa place à Élaine Dupras pour la campagne de 2017.
Et même si Mme Dupras compte « donner son maximum » pour atteindre l'objectif l'an prochain, ce n'est pas cet élément qui définit la réussite ou l'échec d'une campagne de financement, selon elle.
« Qu'on n'atteigne pas l'objectif, ce n'est pas parce qu'on n'a pas bien travaillé, ce n'est pas parce que les gens n'étaient pas impliqués. C'est que, souvent, il arrive des choses à l'externe qu'on ne peut pas contrôler », mentionne Mme Dupras.
Après avoir analysé toutes les demandes, les bénévoles du Comité d'allocation et des relations avec les organismes (CARO) formuleront des recommandations au conseil d'administration samedi, dans le cadre de la journée « Grand Partage », pour s'assurer que les sommes amassées au cours de la campagne soient réparties « de la façon la plus rigoureuse possible ».