Adrien Cantin

Ce qu'ils ont dit

La communauté n'a pas tardé à réagir au décès d'Adrien Cantin.
«Adrien connaissait l'Ontario français dans toutes ses dimensions et ses régions. Il aura pratiqué son métier avec rigueur et enthousiasme. Son départ, en même temps que les célébrations marquant le 20e anniversaire du rassemblement pour l'Hôpital Montfort, est un symbole très profond du combat qu'il a mené jusqu'à la toute fin.» 
- Pierre Bergeron, ancien éditeur du quotidien Le Droit
***
«Son parcours professionnel et sa contribution au sein du journal Le Droit, à Radio-Canada, mais également à TFO lui ont valu à maintes reprises la reconnaissance de ses pairs. Son style et sa passion ont laissé leur marque et influencé plusieurs générations de journalistes de la francophonie canadienne.»
- Alain Sonier, président de l'Association de la presse francophone (APF)
***
«Du quotidien Le Droit à l'Association de la presse francophone (APF) en passant par TFO et Radio-Canada, Adrien Cantin a été un géant de la profession journalistique non seulement en Ontario français, mais dans l'ensemble de la francophonie canadienne. Pendant des années, il a été un témoin et un participant des grands débats et des grandes luttes des francophones en Ontario et au pays. Ces événements, il les a racontés avec une plume parfois critique, souvent acérée, toujours éloquente et intègre».
- Sylviane Lanthier, présidente de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada
***
«Adrien était un de nos grands journalistes de la presse francophone de l'Ontario. C'est une perte énorme pour les médias et toutes les personnes qui l'entouraient. Il avait une force de rédaction exceptionnelle. Et son opinion sur la francophonie était non négociable. Quand il écrivait un éditorial, Il n'allait pas par quatre chemins et n'avait pas la langue dans sa poche pour l'exprimer.» 
- Rhéal Leroux, ancien directeur général du Festival franco-ontarien
***
«Les quelques interactions que j'ai eues avec lui étaient très positives, c'était un homme charmant et ses articles étaient toujours bien recherchés.»
- Bernard Leduc, président directeur-général de l'Hôpital Montfort
***
«Il aura décrit avec engagement cet Ontario français qu'il aimait tant, souvent même dans ses pires travers. La francophonie canadienne dans son ensemble perd l'un de ses géants qui l'aura construit au cours des 40 dernières années.»
- Jean Gagnon, rédacteur en chef du quotidien Le Droit 
***
Les mots me manquent pour décrire ma profonde tristesse d'apprendre le décès d'Adrien Cantin. Une lourde perte pour l'Ontario français.
- François Boileau, commissaire aux services en français de l'Ontario.
Propos recueillis par Paul Gaboury et Justine Mercier