Des passagers canadiens du Diamond Princess devront être en quarantaine à l’Institut de formation NAV Canada de Cornwall. 

Canadiens en quarantaine à Cornwall: inquiétude et fausses informations

Depuis samedi, des milliers de commentaires de résidents qui appréhendent la décision d’accueillir à Cornwall des Canadiens ayant côtoyé des gens qui ont contracté le coronavirus ont fusé sur les réseaux sociaux.

Les Canadiens ne démontrant pas de symptômes du virus qui étaient coincés à bord du navire de croisière Diamond Princess devront passer 14 jours en quarantaine à l’Institut de formation NAV Canada de Cornwall après avoir été évalués à Trenton.

« Pourquoi pas les garder à Trenton ? s’est questionné un internaute. C’est un risque non nécessaire. C’est de l’exposition additionnelle pour tout le monde.»

«Je ne pense pas que ce soit juste que nous n’ayons pas un mot à dire lorsque cela nous met tous à risque», a remarqué un autre. La mairesse de Cornwall, Bernadette Clement, affirme être d’accord avec ces inquiétudes et demande plus de réponses du gouvernement fédéral.

Beaucoup de fausses informations ont aussi été propagées. Plusieurs personnes ont affirmé que les Canadiens qui seront envoyés à Cornwall sont infectés par le coronavirus. «Avant l’embarquement au Japon, les passagers seront soumis à un examen de dépistage des symptômes, a indiqué Affaires mondiales Canada dans son communiqué, samedi. Les personnes qui présentent des symptômes du COVID-19 ne seront pas autorisées à monter à bord et seront transférées au système de santé japonais pour y recevoir les soins appropriés.»

Le Service de police de Cornwall avait dépêché quelques agents devant l’Institut NAV, lundi midi, en prévision d’une possible manifestation initiée sur Facebook. Une heure plus tard, personne ne s’était présenté.