Thomas Mulcair croit qu'il y a de grandes leçons à tirer de l'Europe en ce qui a trait aux transports interurbains.
Thomas Mulcair croit qu'il y a de grandes leçons à tirer de l'Europe en ce qui a trait aux transports interurbains.

«Ça prend une vision à long terme» - Thomas Mulcair

François Pierre Dufault
François Pierre Dufault
Le Droit
Les transports interurbains au Canada sont victimes d'un manque de vision à long terme, a déclaré le chef néo-démocrate fédéral Thomas Mulcair, hier, faisant reconnaître à des élus à Ottawa et à Gatineau qu'ils ont encore du travail à faire pour intégrer pleinement les réseaux de transport en commun des deux villes.
« Le plus gros défi que nous avons, c'est la capacité de planifier à long terme. C'est souvent ponctuel. C'est la maximisation du soudain. Ça prend une vision à long terme », a exhorté M. Mulcair lors d'un discours à l'hôtel de ville d'Ottawa devant des gens d'affaires francophones de la région de la capitale nationale.
Le chef de l'opposition aux Communes a comparé les transports interurbains au Canada, notamment le train, à ceux des grandes capitales européennes. Il y a de grandes leçons à tirer du vieux continent, à ses yeux.
« J'aime beaucoup prendre le train entre Montréal et Ottawa. Mais il faut quasiment reconnaître que si j'ai un rendez-vous serré, le matin, c'est mieux de prendre la voiture. J'ai beaucoup aimé le film Dr Jivago. Mais je ne suis pas convaincu qu'on est encore obligé de rouler dans les trains de Dr Jivago », a lancé M. Mulcair avec une touche de sarcasme.
Fleury d'accord
L'élu ottavien Mathieu Fleury a fait écho aux propos du député fédéral d'Outremont.
« C'est étonnant qu'on se retrouve aujourd'hui à attendre une étude (régionale) sur le transport en commun et une étude sur un futur pont interprovincial. À chaque jour, des autobus vides traversent d'un côté ou l'autre de la rivière des Outaouais. C'est incroyable. Qu'on ne vienne pas me dire que nos réseaux fonctionnent bien », a commenté l'élu du quartier Rideau-Vanier au Droit.
Il devrait y avoir un plus grand dialogue sur l'arrimage des transports entre les villes d'Ottawa et de Gatineau, de l'avis de M. Fleury. Les projets ferroviaires et de voies réservées aux autobus des deux côtés de la rivière devront un jour se rejoindre, selon lui.